Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Année blanche pour les croisières à Cherbourg-en-Cotentin

-
Par , France Bleu Cotentin

C'est une première depuis au moins vingt ans : aucun paquebot n'a fait escale à Cherbourg-en-Cotentin en 2020. Le dernier espoir s'est envolé avec l'annulation du navire Europa 2, prévu ce samedi. Une année blanche à cause de la crise sanitaire. Avec une grande question : quand et comment rebondir ?

Le Queen Elizabeth, paquebot de la compagnie Cunard, lors de son escale à Cherbourg (Manche) le 2 janvier 2019.
Le Queen Elizabeth, paquebot de la compagnie Cunard, lors de son escale à Cherbourg (Manche) le 2 janvier 2019. © Radio France - Pierre Coquelin

C'est assez exceptionnel : il n'y a eu aucune escale de paquebot de croisière à Cherbourg-en-Cotentin en 2020. Zéro sur les 32 escales prévues. "En regardant les chiffres, ce n'est jamais arrivé depuis au moins l'an 2000", souligne Julien Bougon, directeur du pôle commercialisation et promotion de l'office de tourisme du Cotentin. 

Une chute "très brutale" après l'année 2019 record, marquée par le 75e anniversaire du Débarquement, les 57 escales de paquebots à Cherbourg et leurs quelques 84.368 passagers. "On était sur une dynamique positive au niveau de la destination croisière, avec une volonté des compagnies de faire escale ici, et un travail réalisé depuis plusieurs années dans ce sens", explique Julien Bougon. 

32 escales annulées

Le dernier espoir de voir un paquebot amarré quai de France s'est envolé jeudi. L'Europa 2 devait passer par le Cotentin, mais "les autorités allemandes ont indiqué à la compagnie que les passagers débarqués dans un port français situé en zone rouge auraient l'obligation d'observer une quatorzaine à leur retour en Allemagne", confie le directeur du pôle promotion de l'office de tourisme. Or, si Cherbourg n'est pas en zone rouge, Honfleur (Calvados) et Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) le sont, et devaient recevoir le bateau de la compagnie allemande. Bilan : le navire a annulé ses escales en France, et a changé de cap, vers la Suède et la Pologne. 

Plus de 60.000 croisiéristes étaient attendus lors des 32 escales prévues à Cherbourg-en-Cotentin en 2020. Et forcément, ça a un impact sur tout un écosystème qui profite habituellement des escales : selon une étude réalisée en 2016, le panier moyen du croisiériste à Cherbourg, excursion incluse, s'élève à 96 euros. 

Une reprise qui s'annonce laborieuse

Une crise sanitaire qui plonge le monde des croisières dans le brouillard, le flou. Pour l'heure, 46 escales sont prévues à Cherbourg-en-Cotentin à partir du 15 avril 2021, avec notamment le Queen Mary 2 en septembre. Mais tout reste très incertain. "On ne peut se projeter sur l'année 2021. Tout peut bouger dans un sens comme dans l'autre", confie le représentant de l'office de tourisme. Et les compagnies et tours operators tâtonnent en ce moment. Des essais sont menés en Méditerranée. 

Il y a beaucoup de réflexions. On a peu de visibilité, mais on imagine une reprise difficile, avec des bateaux plus petits, moins de monde à bord, et avec une vraie question sur la partie excursions - Julien Bougon, de l'office de tourisme du Cotentin

Face à l'incertitude, l'office de tourisme du Cotentin continue ses réflexions. "On avait identifié des tendances avant la crise du covid", explique Julien Bougon : des plus petits groupes, des excursions "_plus authentiques_, avec plus de rencontres avec les locaux, avec une quête du vrai. Je pense que ça peut être le futur des escales", complète-t-il. Avec des produits qui pourraient se décliner autour de la gastronomie (ateliers pâtisserie, fabrication de pain, journée à la ferme, etc.), du DDay (sorties vélo sur les traces des soldats américains), du plein air (longe-côte, pirogue) ou encore du patrimoine local.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess