Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Annonay déploie ses premières caméras de vidéoprotection

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Annonay est la dernière grosse ville de Drôme Ardèche à se lancer dans la vidéoprotection. 37 caméras sont en cours d'installation, sur 23 points stratégiques.

Une des 37 caméras de vidéoprotection mises en place à Annonay (Ardèche), 23 septembre 2019.
Une des 37 caméras de vidéoprotection mises en place à Annonay (Ardèche), 23 septembre 2019. © Radio France - Nathalie Rodrigues

Annonay, France

Des caméras sont en train d'être déployées à Annonay sur les entrées de ville, les principaux axes routiers et les espaces publics du centre. 37 caméras au total : certaines filment un lieu de manière fixe, d'autres sont panoramiques, d'autres encore permettent la lecture de plaques d'immatriculation.

Les premières images devraient être exploitables d'ici fin octobre. Ces images ne sont pas visionnées en temps réel, en direct, par des policiers municipaux ou des gendarmes postés derrière un écran. Elles sont simplement enregistrées et peuvent être réquisitionnées pour les besoins d'une enquête. Sinon, elles sont détruites automatiquement au bout de 12 jours.

Un bel outil mais pas la solution miracle

Annonay est la dernière grosse ville de Drôme Ardèche à se lancer dans la vidéoprotection. Pour Antoinette Scherer, la maire socialiste d'Annonay, c'est un outil parmi d'autres pour lutter contre la délinquance : "nous avons mis en place des actions, telles que le Contrat Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance, le Groupement d'Observation et de Prévention, qui sont des outils extrêmement précieux pour la mise en relation de tous les partenaires de la tranquillité publique. Donc nous avons mis ça en place et puis maintenant nous mettons en place la vidéoprotection."

Les élus expliquent aussi avoir pris le temps de consulter la population où il y avait encore des oppositions vives à la vidéoprotection, des habitants inquiets pour leur liberté publique. 

La marche exploratoire menée par des femmes fin 2017, début 2018 a aussi participé à la décision. "Cette marche a mis en évidence un sentiment d'insécurité assez important de femmes qui avaient peur d'être sur l'espace public. Parmi les solutions, il y a la vidéoprotection. Mais il n'y a pas que ça. Il y a l'amélioration de l'éclairage public, de l'entretien des voiries, des parkings publics etc.." explique Antoinette Scherer.

Une aide pour résoudre les enquêtes

Les gendarmes pouvaient s'appuyer sur les caméras des communes voisines, Davézieux, Saint-Cyr, Roiffieux pour leurs enquêtes. Mais les 37 caméras d'Annonay vont être une aide supplémentaire. "Nous sommes de plus en plus confrontés à de la délinquance itinérante qui emprunte les axes de circulation, donc l'implantation des caméras nous sera d'une grande utilité pour nos enquêtes" souligne le Capitaine Pascal Rollet, commandant la communauté de brigades d'Annonay.

Ce déploiement de la vidéoprotection représente un investissement total de 300 000 euros. Une fois déduites les aides de l'Etat et de la Région, restent 170 000 euros financés par la municipalité.

Choix de la station

France Bleu