Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Annonces d'Emmanuel Macron : les hôpitaux du nord-Essonne vont-ils fermer ?

-
Par , France Bleu Paris

Lors de sa conférence de presse à l’Elysée jeudi dernier, Emmanuel Macron s’est engagé à ce qu’il n’y ait plus "d’ici à la fin du quinquennat de nouvelles fermetures, ni d’hôpitaux, ni d’écoles sans l’accord du maire ». Un espoir pour les partisans du maintien des hôpitaux du Nord-Essonne.

Les habitants mobilisés à Longjumeau le 11 février dernier contre la fermeture des hôpitaux du nord-Essonne
Les habitants mobilisés à Longjumeau le 11 février dernier contre la fermeture des hôpitaux du nord-Essonne © Maxppp - Gérald Moruzzi

Essonne, France

Les hôpitaux de Juvisy, Longjumeau et Orsay menacés de fermeture seront-ils finalement conservés ?

Jeudi 25 avril, lors de sa conférence de presse à l’Elysée, Emmanuel Macron s’est engagé à ce qu’il n’y ait plus "d’ici à la fin du quinquennat de nouvelles fermetures, ni d’hôpitaux, ni d’écoles sans l’accord du maire ». Il a ensuite ajouté : « Cela ne veut pas dire qu’il n’y aura pas de réorganisation. On le sait très bien. Elles sont parfois indispensables. Cela veut dire qu’il n’y aura plus de disparition comme on l’a aussi trop vécu. "

En l’Essonne, trois hôpitaux ont déjà fusionné d’un point de vue administratif : Juvisy, Longjumeau et Orsay. Ils doivent fermer d’ici à 2024 pour être transférés dans un hôpital flambant neuf sur le plateau de Saclay. Le premier hôpital censé fermer est celui de Juvisy en 2021.

Pour Robin Réda, député Les Républicains de l'Essonne, il faut donc également un moratoire sur la fermeture de ces hôpitaux. "Je ne demande pas qu'un hôpital général rouvre mais qu'au moins soit maintenu un service d'urgence et des lits de médecine " précise l'ancien maire de Juvisy. 

L'annonce d'Emmanuel Macron représente un espoir selon lui mais il se méfie, cela peut être une manière de faire porter la responsabilité de la fermeture des hôpitaux sur les maires. "Annoncer qu'il n'y aura pas de fermeture d’hôpitaux, cela ne veut pas dire que l'Etat continuera à injecter de l'argent pour faire vivre les hôpitaux de proximité. Donc si l'Etat dégrade les moyens des hôpitaux de proximité, le maire devant l'urgence sera dans l'obligation de fermer."

Un centre de consultations et de soins urgents à Longjumeau

Ce n'est pas la position de la maire et vice-présidente du Conseil départemental de l'Essonne. Pour Sandrine Gelot, s’inscrire dans un projet d’hôpital "à la pointe", "sur un territoire d’innovation et de recherche", apparaît comme une idée à défendre. 

Dans un courrier adressé aux habitants de Longjumeau en octobre dernier elle assure que l'hôpital de Longjumeau souffre "d’usure et de vétusté", "le remettre aux normes coûterait plus cher que d’en construire un neuf" et que l’Etat n’est pas prêt à investir pour rénover ou reconstruire l'hôpital. Cependant, selon la maire, l'hôpital sera remplacé par un centre de consultations et de soins urgents (CCSU), "l'équivalent d’un hôpital ambulatoire - sans lits - mais doté de tous les équipements modernes, ce plateau médical dispensera les soins de premiers secours", écrit Sandrine Gelot.