Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Annulations, clients paniqués : les agences de tourisme basques face à la peur du coronavirus

-
Par , France Bleu Pays Basque

Depuis trois jours, les agences de voyage de Bayonne notent bien les préoccupations de leurs clients, soucieux de ne pas prendre de risque en période d'épidémie du nouveau coronavirus. Certains reportent ou annulent leurs séjours.

Yon Durruthy, qui gère l'agence de voyage 'Yon Évasion Selectour' à Anglet, a noté quatre annulations en trois jours.
Yon Durruthy, qui gère l'agence de voyage 'Yon Évasion Selectour' à Anglet, a noté quatre annulations en trois jours. © Radio France - Louis-Valentin Lopez

Des annulations, des reports, et beaucoup de questions. Au Pays basque, les agences de tourisme font face à l'inquiétude grandissante des voyageurs, hésitants face à l'épidémie de plus en plus préoccupante du coronavirus. 

"Depuis que le coronavirus est arrivé en Italie, tous les gens qui envisageaient des voyages en Italie sont en panique et souhaitent annuler", rapporte la responsable d'une agence en centre-ville. "Il y avait pas mal de départs prévus pendant les vacances scolaires. Et depuis trois jours, on a très peu de demandes et très peu de ventes." Beaucoup d'agences basques notent en outre une baisse de demandes pour des pays qui ne sont pas concernés par l'épidémie. 

Des annulations et des reports

Yon Durruthy, lui, gère l'agence de voyage 'Yon Évasion Selectour' à Anglet et Ondres. Cette peur, il la remarque aussi, avec quatre annulations en trois jours : "Depuis quelques jours on a de nombreux appels. Les gens sont un peu inquiets c’est sûr, on a des voyages sur l’Italie. Tout ce qui était croisière aussi, les gens ont un petit peu peur..."

Illustration concrète dans une autre agence du centre-ville de Bayonne, où une employée raconte un coup de fil : "C’était une famille qui a réservé il y a très longtemps. Une grand-mère avec sa fille et ses deux petits-enfants, une croisière pour partir en Méditerranée au mois d’avril", rapporte la professionnelle du secteur. "Elles s’inquiétaient car des escales étaient prévues en Italie. Elles ont donc choisi, dans les options qui étaient proposées, de reporter leur croisière au mois d’octobre."

"Les gens n’ont pas forcément peur pour eux, mais aussi de contaminer leur famille, comme les grands parents qui partent avec leurs petits-enfants", note en ce sens Yon Durruthy à Anglet. "Après on est un métier à risque, on a entre guillemets l’habitude. On sait que ça va passer, qu’il faut se serrer les coudes."

Les gens n’ont pas forcément peur pour eux, mais aussi de contaminer leur famille, comme les grands parents qui partent avec leurs petits-enfants", Yon Durruthy, gérant d'une agence à Anglet

Une autre employée confirme : "Si ce n'est pas le coronavirus, ce sont des événements politiques ou des volcans. Il y a toujours des situations un peu délicates. Ça fait partie du quotidien des agences de voyage de gérer ce genre de choses." Les professionnels attendent donc que ça passe, en espérant disent-ils que ça se tasse bientôt, sous peine d'une chute de leur chiffre d'affaire.

"Dans le cas de l'Italie pour le moment, les assurances ne remboursent pas"

Quel comportement adopter face aux appréhensions ? "On ne peut pas leur dire de ne pas partir, et on ne peut pas les encourager à partir… c’est un peu délicat", juge une responsable. "Et dans le cas de l'Italie pour le moment les assurances ne remboursent pas, sauf pour ceux qui y ont souscrit. Les clients sont donc déçus." Certaines agences pointent du doigt une psychose selon elles injustifiée.

En Italie, dans les hôtels de Vénétie et Lombardie, les annulations de réservations se multiplient. À Rome, pourtant pour le moment épargnée pour l'épidémie, 50% des réservations enregistrées juqu'à fin mars ont été annulées. Ce alors même que le tourisme pèse 13% du PIB Italien.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu