Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

À Carnon, l'antenne de la discorde

-
Par , France Bleu Hérault

À Carnon, commune de Mauguio (Hérault), des riverains se battent contre l'implantation d'une antenne-relais autorisée par la mairie. Ils invoquent des questions d'environnement et de santé publique et ont déposé un recours auprès du tribunal administratif. La mairie se dit prête à revoir sa copie.

Autorisée par la mairie, l'antenne-relais de 24 mètres serait située à l'ouest de Carnon, sur le parking à bateaux (illustration)
Autorisée par la mairie, l'antenne-relais de 24 mètres serait située à l'ouest de Carnon, sur le parking à bateaux (illustration) © Maxppp - Jean-Luc Flémal

Le projet, autorisé par le conseil municipal de Mauguio, prévoit l'installation d'une antenne-relais (4G et 5G) de 24 mètres de haut, pour une emprise au sol de 30 mètres carrés, à Carnon-ouest, sur le parking Bassaget également appelé "parking à bateaux". Une première antenne a déjà été érigée à quelques kilomètres de là, sur le parking du Petit-Travers, toujours à Carnon.

Farouche opposition des riverains

L'endroit se situe à une centaine de mètres de la mer Méditerranée et à "20 mètres, 30 mètres, 40 mètres de nos habitations" s'énerve Joseph Carmini, président de l'association Environnement Santé à Palavas-est et Carnon-ouest (Especo), spécialement créée pour s'opposer au projet. "Ce qui veut dire que lorsqu'on va ouvrir nos fenêtres, cette tour elle sera devant nous. C'est inadmissible." 

La justice est saisie

Au nom de l'association qui a déposé un recours auprès du tribunal administratif de Montpellier, Joseph Carmini invoque des questions d'environnement et de santé, sans compter la baisse de la valeur immobilière pour les propriétaires du secteur, et dénonce un manque de concertation. "On n'est pas contre la 5G, tonne-t-il, mais cette antenne on peut la mettre ailleurs". Il suggère des immeubles ou des bâtiment publics.

"On est dans une société où on a beaucoup de tensions en ce moment, c'est pas la peine de s'en rajouter inutilement. On va se donner le temps de le faire et de le faire intelligemment."- (Franz Dunat, adjoint au maire)

Message entendu à la mairie qui a mis en place une "commission municipale, toutes tendances confondues" précise Frantz Dunat, l'adjoint chargé du Développement territorial. "On s'aperçoit que ça dérange mais où est-ce que ça ne dérangera pas ? Je ne sais pas". Il dit avoir demandé aux quatre opérateurs (Free, SFR, Bouygues et Orange) de se remettre à prospecter et aux associations de lui faire des propositions. "De notre côté, on va aller sur le terrain pour chercher des endroits qui peuvent être plus appropriés en fonction des besoins des opérateurs et de nos concitoyens".

Pas d'antenne, pas de téléphone

Pour autant, l'élu rappelle qu'il n'a "jamais vu de téléphone sans antenne". Un argument jugé irrecevable par Claire Letanneur, propriétaire d'un appartement qui aurait vue sur l'antenne et qui a signé la pétition contre le projet. "Moi je pense qu'on crée des besoins supplémentaires aux gens en vendant par la suite des équipements qui ne pourront plus se passer de ces moyens-là. Je suis à 1.000% contre ce genre de technologies, on en a suffisamment, qu'on arrête." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess