Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Anthony Chauveau du syndicat de sapeurs-pompiers CFTC SDIS 37 : " Il faudrait 30 à 40 pompiers professionnels en plus "

-
Par , France Bleu Touraine
Indre-et-Loire, France

Le syndicat de sapeurs-pompiers CFTC SDIS 37 appelle la profession à réagir. Le Conseil Départemental ne souhaite pas dédier de budget à la création de postes. Pour le syndicat, il faudrait pourtant 30 à 40 sapeurs-pompiers supplémentaires.

Le SDIS 37 compte actuellement près de 370 sapeurs-pompiers
Le SDIS 37 compte actuellement près de 370 sapeurs-pompiers © Maxppp - Maxppp

Le syndicat de pompiers CFTC SDIS 37 appelle à manifester autrement que dans la rue ou par la grève. Il propose de respecter les horaires de début et de fin de travail et de ne pas en faire plus, ou encore, de profiter du droit à la déconnexion. Ce serait le moyen de montrer leur mécontentement aux élus du Conseil Départemental. Après sept mois de discussions, amorcées en septembre 2017, les élus ne prévoient d'allouer aucun budget à la création de postes.

Chaque année, il y a 10% d'interventions supplémentaires dans le département

Ils sont actuellement près de 370 sapeurs-pompiers en Indre-et-Loire. Un chiffre constant alors que le nombre d'interventions augmente de 10% chaque année. Anthony Chauveau, le président de la section départementale du syndicat, estime qu'il faudrait créer de 30 à 40 postes. 

Au quotidien, il faut gérer ce manque d'effectifs. " Vous avez un départ de feu d'habitation. Si j'ai déjà des agents qui sont engagés sur une opération de secours à la personne, forcément j'ai moins de monde en caserne. Je peux me retrouver avec un fourgon avec quatre ou cinq effectifs, au lieu de six ", explique-t-il. 

D'après lui, cela met à mal la sécurité des pompiers. " Avant qu'un autre fourgon arrive, vous avez toujours un temps de latence. Le premier intervenant arrive donc pour mettre en place les premières mesures. Ensuite, on a toujours cette petite latence où on n'a pas de binôme de sécurité, par exemple sur un incendie, pour assurer la sécurité du premier binôme qui va s'engager dans une habitation pour effectuer un sauvetage de personnes ", regrette-t-il. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess