Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Appel aux dons pour sauver un hôtel historique de Font-Romeu

-
Par , France Bleu Roussillon

Lorsque les banques lui ont fermé la porte au nez, le patron de l’Hôtel Carlit a ravalé sa fierté et lancé une campagne de financement participatif pour sauver son établissement et ses 14 emplois.

Propriétaire de l'hotel Carlit, Luc Debroux (à gauche) et son chef de cuisine refusent de baisser les bras face au refus des banques
Propriétaire de l'hotel Carlit, Luc Debroux (à gauche) et son chef de cuisine refusent de baisser les bras face au refus des banques © Radio France - François DAVID

Font Romeu, Font-Romeu-Odeillo-Via, France

Pas facile de faire appel à la solidarité quand on a travaillé d’arrache-pied toute sa vie. «Faire cette démarche, c’est moralement très compliqué», reconnaît Luc Debroux, le propriétaire depuis 2004 de l’Hôtel Carlit, un établissement de 58 chambres, classé trois étoiles, implanté au cœur de la station de Font-Romeu (Pyrénées-Orientales). «J’ai ressenti un peu de honte à devoir mettre mes difficultés sur la place publique. Nous avons longuement hésité. Mais c’est notre dernière chance». L’établissement emploie 14 personnes à l’année, et 25 pendant la saison de ski. 

Construit dans les années 1930, l’Hôtel Carlit a besoin de travaux de rénovation et de remise aux normes. Le propriétaire doit aussi faire face à de gros travaux imprévus, comme « une cuve de fioul enterrée qui a pris l’eau ». Facture totale : 130.000 euros. Comme il l’avait toujours fait par le passé, Luc Debroux a d’abord fait le tour des banques. Mais cette fois, elles lui ont toutes fermé la porte au nez. « Personne ne remet en cause notre gestion. Mais aujourd’hui l’hôtellerie-restauration est considéré comme un secteur à risque par les organismes de financement ». 

Sur les douze hôtels qui existaient à Font-Romeu il y a 15 ans, il n’en reste aujourd’hui plus que cinq. Dans le même temps, le nombre de logements proposé sur la plate-forme Airbnb a explosé dans la station. Dans ce contexte, les banques se montrent très frileuses…

«La cagnotte, c’est la dernière chance pour nous».

Pour autant, Luc Debroux refuse de baisser les bras. Persuadé que l’hôtellerie traditionnelle a encore un avenir, convaincu qu’il y aura toujours des clients recherchant un accueil familial et attentionné, le chef d’entreprise a décidé d’ouvrir une cagnotte sur le site de financement participatif GoFundMe. « Ces dons vont nous permettre de passer une étape difficile, la cause n’est pas perdue loin s’en faut, nous avons toujours l’envie, l’énergie nécessaire à aller au bout de notre projet ».

Une campagne qui démarre en trombe

En quelques jours, et sans aucune publicité, la cagnotte a déjà permis de récolter plus de 11.000 euros. Un particulier a aussi décidé d’accorder un prêt de 50.000 euros. « Nous sommes déjà à la moitié du chemin », se réjouit Luc Debroux. « Ce qui m’a énormément étonné, c’est le nombre de coups de téléphones et de messages de soutien de la part des amis, de la famille,  du monde professionnel. Tous me disent ‘ce n’est pas à toi d’avoir honte ‘, et tous ces témoignages sont très réconfortants. La solidarité est beaucoup plus présente que ce que j’imaginais ». 

Parmi les soutiens les plus inconditionnels figurent plusieurs clients de l'Hôtel Carlit, comme Anne-marie et André, un couple de retraités perpignanais qui fréquente l’établissement depuis 10 ans. « Cette démarche est courageuse.  Nous souhaitons qu’ils puissent s’en sortir, car ils le méritent. Depuis des années, ils travaillent d’arrache-pied et ils donnent le meilleur d’eux-mêmes pour que les clients se sentent bien »

« Un patron formidable »

Si la démarche de Luc Debroux rencontre un tel écho, c’est sans doute aussi parce qu’il a toujours été très investi dans la vie locale. « Quand il doit changer un lit, il fait toujours appel à des artisans locaux », raconte un proche, « et il fait travailler au maximum les producteurs locaux ». 

A la table du restaurant, les pêches et les abricots du Roussillon côtoient les fromages du Capcir et les yaourts artisanaux de Cerdagne. Et dans les cuisines s’activent des jeunes en situation difficile, en partenariat avec le lycée hôtelier de Vernet-les-Bains. « Il les accueille, il les forme, il leur met le pied à l’étrier. Cette démarche est formidable  », s’enthousiasme un client. 

Après avoir beaucoup donné, voici donc venu le temps pour Luc Debroux de recevoir. « Cet élan de solidarité, s’il aboutit, sortira notre équipe de cette situation de crise ». Mais d’ores et déjà, le patron prend un engagement : lorsqu’il aura remis à flot son entreprise, il reversera une somme similaire à des œuvres ou associations venant au secours de PME, artisans et autres structures en danger.

Choix de la station

France Bleu