Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Apprendre le basque, un succès qui ne se dément pas

mardi 9 octobre 2018 à 14:33 Par Bixente Vrignon, France Bleu Pays Basque

Les gau eskola, les écoles pour apprendre l'euskara de l'association AEK ont fait leur rentrée le 1er octobre. Les effectifs sont stables, chaque année, plus de 1.300 élèves du Pays Basque nord choisissent l'une des formules proposées pour apprendre la langue basque.

Le siège d'AEK en Amikuze
Le siège d'AEK en Amikuze © Radio France - Bixente Vrignon

Saint-Palais, France

"Zu hemen zaude, AEK ere bai". "Vous êtes ici, AEK aussi", c'est le slogan choisi cette année par l'association d'apprentissage du basque pour les adultes, AEK, pour sa rentrée illustrée d'un point repère utilisé sur les cartes géographiques. 

La gau eskola d'Amikuze a un bâtiment et des salles de cours à St Palais (ici) mais aussi à Larceveau et Ostabat - Radio France
La gau eskola d'Amikuze a un bâtiment et des salles de cours à St Palais (ici) mais aussi à Larceveau et Ostabat © Radio France - Bixente Vrignon

Apprendre le basque pour s'intégrer

Bixente Claverie est enseignant à la gau eskola d'Amikuze qui a connu un regain d'inscriptions cette année. Les élèves qui se présentent à lui ont généralement un but: "apprendre le basque, pour s'intégrer". Mais la volonté cède parfois face à la réalité: "c'est une langue, il faut passer du temps, et certains ont moins de disponibilités". Les élèves volontaires sont majoritairement "des personnes venues d'en dehors du Pays Basque, vivre en Amikuze. Ils veulent apprendre le basque pour s'intégrer, dans le Pays Basque, c'est un bon signe qu'AEK est aussi un vecteur d'intégration. Quand il y a un repas au village, ils veulent pouvoir comprendre et discuter avec les bascophones et s'intégrer".

Bixente Claverie, enseignant: "La korrika a un but financier mais aussi de conscientisation"

"On s'aperçoit que c'est très logique"

Les cours se déroulent par groupe de niveau - Radio France
Les cours se déroulent par groupe de niveau © Radio France - Bixente Vrignon

A 61 ans, Marie applique une de ses priorités de jeune retraitée: apprendre la langue qu'elle a entendue dans sa famille "mais on le parlait mal", dit-elle, et elle s'est inscrite aux cours: "J'avais envie de m'intéresser davantage à la culture basque, ça passe forcément par la langue. Ça parait très compliqué, ça l'est peut-être au tout début, et d'un seul coup il y a un déclic: on s'aperçoit que tout est très logique, c'est presque mathématique. Quand on a compris ça, c'est beaucoup beaucoup plus facile qu'il n'y parait". Mais les cours à AEK, "Ça va au-delà d'un simple cours de langue: les élèves sont devenus des amis, on fait des repas, des jeux , c'est un lien social très intéressant. 

Marie: "C'est un lien social très intéressant"

Euskara ikasi nahia, bertakoak izaiteko

Ikasleen parte bat, tokikoa da bainan beste erdi handi bat, kanpotik heldua, hizkuntza ikusten du integratzeko ahalbide bezala. Kiskun-kaskun aritzen dira noizbehinka, bainan borondate ona, eta nahi ainitz erakusten dute ikasleek. "Zaila da, bainan izigarri interesantea da" dio adibidez Mirenek.

Ikasleak bi urteren buruan jadanik lortzen dute mintzatzen