Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Apprendre ou réapprendre les bases en français pour trouver du travail en Mayenne

lundi 5 novembre 2018 à 4:09 Par Charlotte Coutard, France Bleu Mayenne

En France, plus d'un million de salariés ont un travail, mais ne maîtrisent ni la lecture, ni l'écriture, qu'ils soient Français ou étrangers. Pour aider ces travailleurs, des centres proposent des formations de mises ou remises à niveau. C'est le cas en Mayenne.

Maria Ndzana, intérimaire, et Marie Lemonnier, sa conseillère. Maria suit une formation pour apprendre les bases en français, mais pas seulement.
Maria Ndzana, intérimaire, et Marie Lemonnier, sa conseillère. Maria suit une formation pour apprendre les bases en français, mais pas seulement. © Radio France - Charlotte Coutard

Laval, France

Savoir parler français, écrire français, savoir se comporter en entreprise, travailler en équipe, c'est indispensable pour trouver du travail. Des organismes proposent donc des formations pour apprendre ou réapprendre les bases en français, mais aussi en mathématiques, en informatique, ou encore connaître les règles de savoir-être. Ces formations sont accessibles aux travailleurs étrangers mais aussi aux Français.

Sept intérimaires en formation

L'agence A2I, pour Actual Interim Insertion, travaille en partenariat avec le centre de formation Agitato à Mayenne. Sept intérimaires, Français ou étrangers, suivis par l'agence d'intérim, ont commencé le 16 octobre dernier une formation, avec comme objectif d'obtenir le CléA, un certificat national.

"Quand la personne est en train de parler très vite, moi je n'arrive pas à comprendre."

Parmi eux, Maria Ndzana. Cette Espagnole de 32 ans vit à Laval depuis quasiment trois ans, elle a quitté l'Espagne en crise pour trouver du travail en France, elle parle bien Français. Elle a déjà travaillé quelques semaines chez Bridor, un fabricant de pain et viennoiseries industriel, mais ça na pas été simple pour elle. "Quand la personne est en train de parler très vite, moi je n'arrive pas à comprendre. À l'usine, ça passe vite. Si tu demandes à la personne, s'il vous plait est-ce que vous pouvez m'expliquer, elle dit Maria je n'ai pas le temps", explique la jeune femme. 

Ces cadences sont d'autant plus difficiles à tenir quand il faut contrôler la production, et en même temps, noter les défauts. "Le vocabulaire, c'était des petits mots, mais j'ai remarqué que je ne savais pas. Je dois réfléchir pour voir quel mot je vais utiliser, et en même temps il faut que je fasse le contrôle qualité", ajoute Maria.

"Il savait très bien parler le français, mais au moment d'écrire, il ne savait pas écrire".

Mais Maria n'était pas un cas isolé, parmi ses collègues, il y avait aussi des travailleurs nés en France, scolarisés en France, mais qui avaient des lacunes. "Cet homme savait très bien parler le français, mais au moment d'écrire, il ne savait pas écrire", raconte Maria.

Reprendre les règles de bases

Comme six autres intérimaires, Maria apprend donc les bases en français, en maths, en informatiques, mais aussi les bases du savoir-être. "Savoir se comporter en entreprise, travailler en équipe, c'est hyper important. Parfois il y a des missions d'Intérim qui s'arrêtent parce que les personnes sont en retard ou se comportent mal en fait, des fois il faut apprendre tout ça. Ça parait la base pour certains, sauf que ce n'est pas toujours acquis", explique Marie Lemonnier, conseillère en Insertion chez A2I, groupe Actual.

"On a des personnes pour qui s'est un peu compliqué, parce que ça renvoie des choses négatives quand l'école a été compliquée".

"Cette formation s'adresse à différentes personnes, ça peut être des personnes qui ont eu des problèmes au niveau de la scolarité, des personnes qui n'ont pas validé de diplôme, et l'idée c'est de s'adapter à leurs difficultés, et de valider un certificat, qui va leur permettre justement de faire valoir ces compétences-là. On a des personnes pour qui s'est un peu compliqué parce que ça renvoie des choses négatives quand l'école a été compliquée. Mais on a aussi des personnes d'origine étrangère qui ne comprennent pas l'intérêt de faire des cours de français, parce qu'ils veulent travailler et ils savent travailler. Sauf qu'ils ne prennent pas conscience des difficultés derrière que ça peut engendrer. Pour lire des consignes de sécurité, ou en cas d'accident, comment réagir. On peut être confronté à différents échecs en entreprise à cause de ça", ajoute Marie Lemonnier.

Mais cette formation permet aussi aux intérimaires de reprendre confiance en eux, pour chercher du travail. La formation CléA pour ces sept intérimaires se termine le 2 avril, avec un examen final.