Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Après deux mois de confinement, des résidents d'un Ehpad de Clamart doivent reprendre du poids

-
Par , France Bleu Paris

Quelques jours après le déconfinement, le directeur d'un établissement pour personnes âgées des Hauts-de-Seine donne des nouvelles de ses résidents qui ont perdu du poids, de la masse musculaire, et qui souffrent de "syndrome dépressif", aux côtés d'un personnel "très fatigué".

Les résidents de l'Ehpad Ferrari à Clamart ont "perdu du poids" et "de la masse musculaire" à cause du confinement.
Les résidents de l'Ehpad Ferrari à Clamart ont "perdu du poids" et "de la masse musculaire" à cause du confinement. © Radio France - Cécile Soulé

Des Ehpad éprouvés par l'épidémie de covid-19. Sur France Bleu Paris, Louis Matias, directeur de l'établissement Ferrari à Clamart (Hauts-de-Seine) a témoigné ce vendredi matin de "deux difficultés" : "l'impatience des familles et la fatigue de nos personnels" après deux mois de confinement et de combat contre l'épidémie de covid-19. Mais pas question de relâcher la vigilance dans son établissement, malgré le déconfinement.

Un déconfinement "progressif, décalé et vigilant" dans son Ehpad

Le directeur détaille les trois stades de déconfinement propre à son établissement. "On est aujourd'hui simplement dans le premier stade du déconfinement interne, avec la reconstitution de petits groupes pour les résidents, pour les repas et les animations, et une augmentation du nombre de visites, avant le prochain stade, le retour progressif des médecins libéraux, médecin traitant, kinésithérapeute, podologue, avant le stade final qui sera la réouverture des Ehpad, peut-être cet été si tout va bien", énumère-t-il sur France Bleu Paris, qui reste très vigilant en attendant de voir comment se passe le déconfinement de la population. 

Comment vont aujourd'hui ses résidents ? Parmi les points positifs, "les visites" qui "ont fait du bien". Des résidents et des familles qui en avaient le plus besoin ont été privilégiés. Les points négatifs : "deux ennemis", d'après le directeur. Le confinement a provoqué chez certains "des syndromes dépressifs, des états de repliement sur soi, et puis quelque chose qu'on n'imaginait pas, une perte de poids". D'après Louis Matias, "il va falloir qu'on entreprenne un programme de  réactivation physique", car des personnes âgées ont aussi perdu de la masse musculaire. 

Et les personnels qui sont restés aux côtés des plus fragiles ? "Ils sortaient de la grève très fatigués, ils ont entamé sans se reposer cette épidémie et aujourd'hui ils sont vraiment, vraiment fatigués... mais il faut continuer". Le gouvernement s'est engagé à leur verser une prime de 1.500 euros.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu