Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Après l’attaque de Rambouillet, les syndicats réclament davantage de protection des commissariats

-
Par , France Bleu Hérault

Au lendemain de l'attaque terroriste contre une policière dans le sas d'entrée du commissariat de Rambouillet (Yvelines), les syndicats héraultais demandent davantage de sécurité.

Le commissariat central de Montpellier (Hérault) dispose d'un sas de sécurité à l'entrée
Le commissariat central de Montpellier (Hérault) dispose d'un sas de sécurité à l'entrée © Radio France - Elizabeth Badinier

Comment protéger davantage les policiers ? La question se pose au lendemain d'un nouvel attentat contre un membre des forces de l'ordre. Une policière de 49 ans a été tuée vendredi 23 avril de plusieurs coups de couteau dans le sas d'entée du commissariat de Rambouillet dans les Yvelines. L'auteur de l'agression mortelle, un Tunisien de 36 ans, arrivé en 2009, sans papiers puis régularisé a été abattu. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a demandé aux préfets de renforcer la sécurité des commissariats en France. Les syndicats réclament des mesures concrètes comme pour augmenter la sécurité à l'entrée des commissariats.

"C'est imparable puisque ce sont des personnes qui arrivent à l'improviste avec une arme de fortune en l'occurrence un couteau. Donc on ne peut pas prévoir ces événements mais on peut essayer de se protéger le mieux possible", explique Bruno Mengibar. Le secrétaire du syndicat SGP Police dans l'Hérault demande qu'au minimum tous les commissariats de France soient équipés de sas de sécurité. 

L'exemple des locaux judiciaires ?

Face à la menace grandissante contre les forces de l'ordre, les syndicats attendent des moyens humains et matériels. "Oui aux portiques de sécurité", lance David Leyraud. Le secrétaire adjoint du syndicat de police Alliance en Occitanie est favorable à cette mesure sans oublier l'intérieur des commissariats : "n'oublions pas l'accueil avec des protections en verre comme à l'hôtel de police de Montpellier pour éviter que quelqu'un ne saute sur le personnel administratif."

"Il faut que les commissariats redeviennent des sanctuaires", David Leyraud du syndicat Alliance

Les syndicats mettent en avant ce qui se fait en matière de sécurité des tribunaux. "Un agent armé en faction, un portique pour détecter les métaux et un sas. À ma connaissance cela ne perturbe pas le bon fonctionnement de la justice", indique Bruno Mengibar pour SGP Police. Se posera alors la question des effectifs si un policier est en permanence à l'entrée. "C'est réalisable mais tout est question de moyen. Je connais certains commissariats où il y a cinq agents à l'intérieur le dimanche", précise David Leyraud.

Une réponse pénale

Le secrétaire adjoint du syndicat de police Alliance en Occitanie insiste également sur le volet judiciaire afin d'avoir "des réponses pénales dissuasives". Pour David Leyraud, "tant que vous ne dissuader pas les gens de s'en prendre aux forces de l'ordre, il y aura toujours des attaques." Le syndicaliste a justement eu l'occasion de le dire à Emmanuel Macron lundi 19 avril lors de la venue du président de la République à Montpellier

"N'oublions pas que les policiers se font attaquer tous les jours dans la rue, dans leur véhicule. Tous les jours il y a des tentatives d'intrusions dans les commissariats", David Leyraud du syndicat Alliance

Une rencontre de quelques minutes entre les syndicats de police et Emmanuel Macron à Montpellier (Hérault) © Alliance
Une rencontre de quelques minutes entre les syndicats de police et Emmanuel Macron à Montpellier (Hérault) © Alliance

La menace des réseaux sociaux 

Depuis plusieurs années, les policiers "vivent avec la menace en permanence", raconte Bruno Mengibar. Le secrétaire du syndicat SGP Police dans l'Hérault appelle ses collègues à "la plus grande prudence sur les réseaux sociaux qui est un des facteurs aggravants ce phénomène". Des photos personnelles de policiers ont été retrouvées dans la nuit de jeudi à vendredi dans un hall d'immeuble à Villetaneuse, en Seine-Saint-Denis.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess