Santé – Sciences DOSSIER : Attentat de Nice

"Après l’attentat, le retour au quotidien est très compliqué à l’hôpital" explique Karine Hamela du CHU de Nice

Par Sébastien Germain, France Bleu Azur lundi 12 septembre 2016 à 9:03

Karine Hamela du CHU de Nice
Karine Hamela du CHU de Nice © Radio France - Sébastien Germain

L'attentat de Nice a de graves conséquences pour le personnel du CHU de la capitale azuréenne. Aujourd'hui, certains restent traumatisés par ce 14 juillet.

Ils ont tout vu, tout entendu. Le personnel de l’hôpital de Nice a été en première ligne après l’attentat du 14 juillet. Aujourd’hui, certains sont encore traumatisés. Notre invité ce lundi à 7h50 était Karine Hamela, la directrice des ressources humaines du CHU.

Près de 20 arrêts maladie

Comment va le personnel hospitalier ? Karine Hamela se veut rassurante : "Ils font face après avoir vu l’horreur. On a décompté près de 20 arrêts maladie ce qui n’est rien comparé aux 8 000 employés. Ce qui est difficile, c’est le retour au quotidien. Certains professionnels ne s’autorisent pas à ne pas aller bien. Ils ne se sentent pas légitimes par rapport à la souffrance des victimes."

Le plan de l’hôpital

La nuit du 14 juillet, le personnel du CHU, comme le peuple niçois, a vécu l’horreur. Il a fallu très rapidement soutenir les équipes : "Dès le 16 juillet il y a eu un soutien psychologique mis en place par la direction. On renforce les équipes avec des réservistes sanitaires, des urgentistes, des psychiatres venus de toute la France."

Karine Hamela du CHU de Nice