Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Après la coupe du monde, un déferlement de jeunes dans les écoles de foot du Limousin

jeudi 6 septembre 2018 à 11:48 Par Jérôme Edant, France Bleu Limousin

Les écoles de foot du Limousin vivent l'effet Coupe du Monde. Alors que les inscriptions débutent et que les entraînement reprennent cette semaine, les clubs doivent gérer un afflux de jeunes joueurs en Haute-Vienne comme en Corrèze. A tel point qu'il faudra refuser du monde...

L'effet coupe du monde se ressent notamment chez les tout jeunes dans les clubs du Limousin - illustration
L'effet coupe du monde se ressent notamment chez les tout jeunes dans les clubs du Limousin - illustration © Maxppp - Stéphane Guiochon

Limousin, France

En cette semaine de rentrée, les écoles de football de Haute-Vienne et de Corrèze doivent faire face à une ruée de footballeurs en herbe. C'est indéniablement l'effet coupe du monde : les demandes d'inscriptions et de licences sont bien plus nombreuses que d'habitude et l'engouement concerne aussi bien les équipes de garçon que les équipes féminines.

Je veux faire du foot parce qu'on a les deux étoiles" - Côme, un footballeur en herbe de 6 ans à Brive

Les Pavard, Kanté, M'Bappé, Griezmann et tous les autres ont suscité des vocations. "Je veux faire du foot à cause de la coupe du monde, parce qu'il y a deux étoiles" glisse, avec un sourire, le petit Côme, 6 ans, qui veut rejoindre l'Etoile de Brive. Et ce footballeur en herbe n'est pas le seul !

"Nous avons rouvert le club le 16 août, et depuis le téléphone sonne tout le temps" explique Antonin Bramat, responsable des jeunes. "Mais on va devoir refuser du monde" regrette-t-il, "et sur les catégories plus âgées aussi, du coup on redirige sur les autres clubs mais ils n'ont plus de places non plus".

Pas assez d'éducateurs pour accueillir tous les footballeurs en herbe

Le foot est également victime de son succès à Limoges. La JS Lafarge, par exemple, ne pourra pas accueillir tous les prétendants, car impossible pour les dirigeants et les éducateurs de pousser les murs, ni les terrains. Michel Brémont, le président, est dépourvu : "c'est un problème d'installations, certes, mais c'est aussi un problème d'encadrement. Nous n'aurions pas assez d'éducateurs, et il ne faut pas transformer les entraînements en garderie".

Malgré le succès, l'objectif des clubs n'est pas de faire du chiffre mais de proposer du vrai football, et surtout ne pas décevoir les jeunes recrues.