Société

Evacuation de la "jungle" de Calais : près de 5.600 personnes évacuées, les mineurs ont dormi à l'abri

Par Géraldine Houdayer, France Bleu Nord et France Bleu mercredi 26 octobre 2016 à 19:34 Mis à jour le mercredi 26 octobre 2016 à 21:12

La "jungle" a été totalement évacuée mercredi soir, alors que des incendie volontaires ont ravagé les baraquements.
La "jungle" a été totalement évacuée mercredi soir, alors que des incendie volontaires ont ravagé les baraquements. © Maxppp - Etienne Laurent

Après le démantèlement de la "Jungle" de Calais, au terme duquel un total de 5.596 personnes ont été évacuées en trois jours. Mercredi soir, une solution a été trouvée pour héberger les mineurs isolés.

L'évacuation de la "jungle" de Calais, devenue un symbole de la crise migratoire, était quasiment achevée mercredi soir, après trois jours d'une opération de grande envergure qui s'est déroulée sans incident majeur.

A lire aussi : "Jungle" de Calais : "Il n'y a plus personne sur le camp, tout le monde est à l'abri", annonce la préfète

Selon les chiffres donnés dans la soirée par les ministères de l'Intérieur et du Logement, 5.596 personnes ont été "mises à l'abri" en comptant les 1.348 évacuées au troisième jour des opérations. Parmi elles, environ 4.400 adultes ont été dirigés vers des Centres d'accueil et d'orientation (CAO) disséminés dans tout le pays et les mineurs isolés ont été provisoirement placés dans un local en "dur" à Calais ou dans un CAO dédié aux plus jeunes en Meurthe-et-Moselle. Pour Mme Buccio, "tous les mineurs sont à l'abri".

Quatre afghans interpellés pour avoir incendié le camp

Les deux ministères précisent que 234 mineurs ont par ailleurs été "orientés" vers la Grande-Bretagne depuis le 17 octobre. "C'est une page qui se tourne et une page positive puisque ces gens sont accueillis en France et vont pouvoir commencer une nouvelle vie", a déclaré Fabienne Buccio lors de son point de presse. Quatre Afghans ont été interpellés et placés en garde à vue pour avoir participé à la mise à feu des abris de fortune vides, provoquant de nombreux incendies dans le camp et, à plusieurs reprises, des explosions de bouteilles de gaz, a-t-elle ajouté. Des moyens mécaniques plus importants que les petits tractopelles utilisés depuis le début du démantèlement ont ensuite été mobilisés pour raser les abris restants.

Partager sur :