Société

Attentat de Berlin : des marchés de Noël sous haute vigilance dans la Manche

Par Pierre Coquelin, France Bleu Cotentin mardi 20 décembre 2016 à 17:38

Des patrouilles de policiers arpentent les allées du marché de Noël de Cherbourg.
Des patrouilles de policiers arpentent les allées du marché de Noël de Cherbourg. © Radio France - Pierre Coquelin

Au lendemain du drame de Berlin, le ministre de l'Intérieur a appelé à "maintenir une vigilance maximale" sur les marchés de Noël. Dans la Manche, pas de manifestations annulées, ni d'effectifs en plus mais un redéploiement des forces de l'ordre.

Sur le marché de Noël place De Gaulle à Cherbourg, on ne peut pas les rater. Gilet pare-balles, fusil en bandoulière... deux groupes de trois policiers arpentent les allées. Certains les arrêtent pour discuter, à l'image de Joël, au stand de vin chaud. "C'est bien, c'est ce qu'il faut. Il faut que les gens qui se promènent se sentent en sécurité. C'est sûr que ça fait drôle au moment des fêtes de Noël de voir des gens avec des armes, mais c'est normal", explique-t-il.

"Si un fou furieux arrive avec un gros camion sur les chicanes, il va tout démolir et passer par dessus" - Claude, retraité

Du côté des clients, cette présence policière n'impressionne pas plus que ça. Depuis les attentats de Charlie Hebdo, "ils font partie du décor. Malheureusement, c'est horrible de dire qu'on est habitués", commente Mathilde, une Parisienne venue en famille dans le Cotentin. "Ils peuvent minimiser la chose", ajoute Sandrine, de Biville. "Il n'y a pas de sécurité", note Claude, un papy qui accompagne sa petite-fille au manège. "Mais il faut continuer à vivre, à sourire, à faire la fête".

Quel va être l'impact sur la fréquentation ? Jusque là, Paul était plutôt satisfait. La météo clémente a amené du monde. Cet attentat, "c'est pas bon pour le commerce. L'année dernière, j'étais au marché de Noël des Champs-Elysées à Paris, juste après les attentats de novembre. Bilan : le chiffre d'affaires a baissé. Les gens ont eu peur", explique le Brillon, qui vend du rhum arrangé.

"Il faut savoir anticiper" (Claude, retraité)

Chicanes et patrouilles

Ce mardi, un système de chicanes a été installé rue des Tribunaux, près de la patinoire de Noël. Une manière de sécuriser tout en permettant un accès aux pompiers. "Si un fou furieux arrive avec un gros camion sur les chicanes, il va tout démolir et passer par dessus", note Claude. En ce qui concerne la patinoire, pour des questions techniques, elle est déjà surélevée et entourée de blocs de béton.

Des chicanes installées rue des Tribunaux à Cherbourg.  - Radio France
Des chicanes installées rue des Tribunaux à Cherbourg. © Radio France - Pierre Coquelin

Plus généralement, des réévaluations ont été effectuées site par site sur tout le département. "Des visites de sécurité ont eu lieu sur tous les marchés et villages de Noël", confie Olivier Marmion, directeur de cabinet du préfet de la Manche. Barriérage de rues, contrôles visuels, patrouilles... A Saint-Lô, le marché de Noël avait déjà été déplacé aux rues piétonnes. Près de 9000 euros ont été débloqués ce mardi pour augmenter la sécurité. "On donne un nouveau tour de vis, un cran supplémentaire", précise le maire François Brière. A Coutances, ce sont quatre à six fonctionnaires de police qui assurent une présence au quotidien sur le site du marché de Noël, à l'église Saint-Nicolas et aux abords. Quant aux militaires de l'opération Sentinelle, ils restent présents dans le département jusqu'à nouvel ordre : ils sont actuellement au Mont-Saint-Michel et dans le centre-ville de Cherbourg.

Reportage sur le marché de Noël de Cherbourg