Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Après les attentats de ces derniers jours, les réservistes des pays de Savoie encore plus convaincus de leur engagement

mercredi 27 juillet 2016 à 11:16 Par Marion Bastit et Anabelle Gallotti, France Bleu Pays de Savoie et France Bleu

Après les attaques de Nice et de Saint-Etienne-en-Rouvray, les réservistes vont être encore plus mobilisés. Depuis les attentats de Paris, ces civils volontaires prêtent main forte aux militaires dans le cadre de l'opération Sentinelle. Et en Pays de Savoie, ils sont fiers de servir leur pays.

Depuis les attentats de Paris, les réservistes prêtent main forte aux militaires de l'opération Sentinelle.
Depuis les attentats de Paris, les réservistes prêtent main forte aux militaires de l'opération Sentinelle. © Maxppp -

Chambéry, France

Depuis les attentats de Paris en 2015, les réservistes sont de plus en plus sollicités. Ces civils volontaires prêtent main forte aux militaires, aux gendarmes et aux policiers pour protéger la population. Ils participent notamment à l’opération Sentinelle, lancée après les attentats de Charlie Hebdo en janvier 2015. Il s’agit de patrouiller devant les lieux sensibles, notamment les lieux de culte. Après l’attaque d’une église mardi 26 juillet à Saint-Etienne-en-Rouvray en Normandie, où deux djihadistes ont égorgé un prêtre et blessé un fidèle, ces réservistes risquent d’être encore plus mobilisés.

La fierté de servir son pays

A Cran-Gevrier, près d’Annecy, de plus en plus de jeunes rejoignent la réserve du 27ème bataillon de chasseurs alpins. Depuis les attentats de Paris, 30 nouveaux réservistes ont rejoint leurs rangs. Étudiante en relations internationales, Marie s’est engagée il y a deux ans. « Ce qui m’a motivée au départ, c’était vraiment l’engagement pour le pays, insiste-t-elle. Ça date d’avant les attentats, mais je suis contente de servir mon pays en ce moment, quand il en a vraiment besoin. Ma famille comprend totalement mon engagement, et me soutient. Quant à mes amis, je m’en suis fait pas mal ici, donc ça crée un réseau qui me soutient. »

"Ce qui m'a motivée, c'est vraiment l'engagement pour le pays" Marie, réserviste du 27ème BCA de Cran-Gevrier

« Je n’ai pas eu la chance de faire mon service militaire, et ça me manquait, donc je voulais apporter mon tribut à la nation, et aider les populations, raconte le sergent Florian, chef de groupe. Je suis salarié, et j’ai la chance d’avoir un patron qui comprend. D’autant qu’ici, on a un rythme qui nous permet de nous détacher des sessions le week-end, pour des missions comme Sentinelle. C’est une fierté personnelle de dire qu’en plus de mon métier, je peux servir mon pays. »

Fonctionnaire, réserviste : un même engagement

A 44 ans, le capitaine Christophe commande l’opération Sentinelle en Savoie. Ça fait 20 ans que cet homme au sourire avenant s’est engagé comme réserviste. « C’est un peu dans l’idée du soldat de l’An II, issu de la Révolution française, le citoyen-soldat. » Pour servir la République, Christophe porte l’uniforme 50 jours par an, ce qui n’est pas toujours évident. « Je planifie, j’organise, raconte-t-il. J’ai la chance d’avoir un employeur très à l’écoute. Je peux m’absenter relativement facilement. En fait, ce sont surtout mon épouse et mes enfants qui me freinent », confesse-t-il.

"Je n’ai pas eu la chance de faire mon service militaire, et ça me manquait" Florian, réserviste du 27ème BCA de Cran-Gevrier

Fonctionnaire d’Etat, Christophe a l’habitude de travailler pour les autres. « Je suis toujours au service du public, constate-t-il. En fait, c’est mon engagement premier : être au service de l’intérêt général, et de mes concitoyens. » Et pour Christophe, les deux facettes de cet engagement ne sont pas si différentes. « Dans l’armée, on appelle ça le commandement, dans le civil, on appelle ça le management, mais c’est quasiment la même chose. C’est toujours une gestion du facteur humain. Et la formation militaire à l’exercice de l’autorité permet d’avoir plus de facilités au niveau du travail, et vice-versa. » Avec ou sans treillis, cette gestion du facteur humain passe par le regard plein de douceur de ce réserviste convaincu, curieux, et rigoureux.