Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Après les violences au lycée Utrillo de Stains, les institutions autour de la table

vendredi 6 avril 2018 à 19:58 Par Rémi Brancato, France Bleu Paris et France Bleu

Des "rondes quotidiennes" renforcées de la police ont été annoncées ce vendredi aux abords du lycée Maurice Utrillo de Stains, en Seine-Saint-Denis, après des violences mardi. Les professeurs et les parents d'élèves réclament depuis plusieurs mois des moyens humains pour faire face.

Le lycée Maurice Utrillo de Stains ce vendredi
Le lycée Maurice Utrillo de Stains ce vendredi © Radio France - Rémi Brancato

Stains, France

Il y aura un renfort des rondes de police à partir de lundi aux abords du lycée Maurice Utrillo de Stains, en Seine-Saint-Denis. C'est la décision annoncée par la sous-préfète de Saint-Denis, Nicole Isnard, à l'issue d'un conseil local de prévention de la délinquance et de la radicalisation (CLSPDR) extraordinaire, réuni dans l'après-midi, pour évoquer les violences survenues mardi devant l'établissement. Un élève a été menacé, un autre frappé, sur le parvis du lycée. Le 12 mars déjà, un élève de l'établissement avait été frappé à coups de marteaux, sans doute en raison de règlements de compte entre bandes rivales expliquent les autorités.

Les équipes mobiles de sécurité dans le lycée jusqu'aux vacances

Mercredi et jeudi, des professeurs ont exercé leur droit de retrait, réclamant notamment davantage de moyens humains. Ce vendredi, le recteur de l'académie de Créteil, Daniel Auverlot, a annoncé qu'un poste d'assistant d'éducation (AED) sera pérennisé. Il était jusqu'ici prévu jusqu'en juin. Une cellule d'écoute psychologique sera mise en place ce lundi et les équipes mobiles de sécurité, déployées depuis mercredi dans l'établissement, resteront jusqu'aux vacances scolaires, qui débutent ce vendredi 13 avril.

Un rassemblement prévu ce dimanche

Le matin, des parents d'élèves avaient occupé l'établissement "pacifiquement" pour soutenir l'action des professeurs. "Il faut vraiment nous assurer des moyens constants" estime Rabia Djouadi représentante des parents d'élèves du lycée, membre de la FCPE. "Que les professeurs viennent faire cours la boule au ventre, c'est quand même un climat qui n'est pas serein" ajoute-t-elle.

ECOUTER - Ce vendredi, des parents sont venus occuper "pacifiquement" le lycée

Les parents d'élèves ont appelé à un rassemblement auquel certains professeurs entendent participer, ce dimanche matin à 10h, devant l'établissement. Jeudi soir, certains personnels du lycée ont participé à un rassemblement aux côtés d'autres établissements de Saint-Denis, mobilisés, eux aussi, contre les violences.

"On ne veut pas une solution pour une semaine, pour deux mois, on veut une solution qui dure" ajoute Mickaël Delgorgue, lycéen à Utrillo et élu au conseil de la vie lycéenne. 

"De temps en temps, pour des raisons que nous ne maîtrisons pas, liées à la vie des cités, il se passe des violences qui montent et qui, après, redescendent" Daniel Auverlot, recteur de l'académie de Créteil

"Le lycée Utrillo a toujours connu ce type de cycles qui n'est pas lié à l'établissement lui-même, qui a d'excellents résultats" estime le recteur de l'académie de Créteil, Daniel Auverlot, qui estime que la violence n'est pas en augmentation : "de temps en temps, pour des raisons que nous ne maîtrisons pas, liées à la vie des cités, il se passe des violences qui montent et qui, après, redescendent". Il promet donc que les EMS pourront être de retour après les vacances, "si besoin".

Le maire de Stains, Azzedine Taïbi, devant le lycée ce vendredi - Radio France
Le maire de Stains, Azzedine Taïbi, devant le lycée ce vendredi © Radio France - Rémi Brancato

"Il faut qu'il y ait des solutions à moyen long terme" estime de son côté le maire (PCF) de Stains, Azzedine Taibi, "on ne demande pas l'aumone, on demande à ce que le droit, l'égalité républicaine soit appliqué".

ECOUTER - "On se sent totalement abandonnés" dit Azzedine Taïbi, le maire de Stains