Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Après plusieurs cas de salmonellose en Nord Isère, l'ARS augmente le taux de chloration dans l'eau

-
Par , France Bleu Isère

L'Agence régionale de santé (ARS) est toujours à la recherche de la source de contamination en Nord-Isère. Depuis la mi-septembre, une soixantaine d'enfants et d'adultes sont victimes de vomissements et de fièvre à cause d'une salmonelle. Par précaution, l'ARS a décidé de traiter l'eau.

Le taux de chloration a été augmenté sur le réseau de distribution d'eau partagé
Le taux de chloration a été augmenté sur le réseau de distribution d'eau partagé © Radio France - Aurélie Lagain

Saint-Georges-d'Espéranche, France

D’où provient la bactérie qui rend malades des habitants de Charantonay et Saint-Georges d'Esperanche en Isère ? C'est la question que se pose l'Agence régionale de santé (ARS) et les habitants du Nord-Isère depuis l'annonce des premiers cas. Le 23 septembre, une cinquantaine de personnes ont été prises de vomissements et de fièvre au collège de Péranche à Saint Georges d'Espéranche. Une situation qui s'est également produite à l'école primaire. 

LIRE AUSSI : Plusieurs cas d'intoxications alimentaires dans le Nord-Isère

Rien à signaler à l'école 

Des établissements qui n'ont pourtant pas le même fournisseur pour la cantine scolaire. La contamination des repas est donc très vite écartée. L’enquête continue et l'ARS cherche du côté du réseau d'eau en faisant plusieurs tests, mais là aussi, rien de concluant. Faute de résultats probants, des questionnaires sont effectués auprès des malades pour connaître les régimes alimentaires avant le pic de contamination, à savoir entre le 17 et le 24 septembre. Depuis, du côté des malades, la situation semble s’apaiser. 

Par mesure de précaution le taux de chloration, qui désinfecte l'eau du réseau de distribution, a été augmenté. "Ce niveau de chloration permet de se prémunir contre une éventuelle contamination" explique l'Agence régionale de santé Auvergne-Rhône-Alpes.

Quelques recommandations

  • S’assurer que les aliments sont convenablement cuits et encore chauds quand ils sont servis. Les viandes et les œufs notamment doivent être cuits à cœur. 
  • Éviter les produits fabriqués à base d’œufs non cuits (mayonnaise, mousse au chocolat, tiramisu…). 
  • Éviter le lait cru et les produits à base de lait cru. Ne boire que du lait stérilisé ou bouilli. 
  • Éviter la glace à moins qu’elle n’ait été préparée à partir d’une eau sans risque sanitaire. 
  • Se laver soigneusement et fréquemment les mains avec du savon, notamment après un contact avec des animaux d’élevage ou de compagnie ou après s’être rendu aux toilettes. 
  • Laver avec soin les fruits et les légumes, en particulier s’ils sont destinés à être consommés crus. Dans la mesure du possible, les fruits et les légumes doivent être pelés.
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu