Société

Après un combat de 14 mois, il réussit enfin à se faire opérer

Par Najat Essadouki, France Bleu Béarn vendredi 27 mars 2015 à 20:10

Photo de Michel et sa famille
Photo de Michel et sa famille © Radio France - Najat Essadouki

C'est la fin d'un long combat contre le monde hospitalier pour Michel. Ce Lonsois de 43 ans, a cherché pendant 14 mois un hôpital qui accepte de l'opérer d'une simple hernie inguinale. Après avoir interpellé la ministre de la santé et l'agence régionale de santé, la clinique Pasteur de Toulouse l'a finalement opéré avec succès, le 19 février dernier.

Après 14 mois d'attente, Michel a enfin réussi à se faire opérer. Ce Lonsois de 43 ans, handicapé depuis l'enfance, a cherché pendant des mois un hôpital qui accepte de l'opérer d'une simple hernie inguinale. Et bonne nouvelle, il a enfin trouvé, il s'est fait opéré avec succès le 19 février dernier à la clinique Pasteur de Toulouse. Marthe, la mère de Michel a mené le combat aux côtés de son fils, aujourd'hui elle a encore dû mal à croire que ce cauchemar soit terminé.

Marthe, mère de Michel, le blacklisté des hôpitaux

L'intervention de la ministre a tout changé

Michel et sa famille ont profité, en novembre dernier, de la présence à Pau de Ségolène Neuville, la secrétaire d'État en charge des personnes handicapées, pour alerter sur son cas. Vingt-quatre heures après avoir envoyé un courrier à la ministre, le cabinet de Ségolène Neuville, à appeler la famille pour les aider. L'Agence régionale de santé d'Aquitaine s'est chargée de leur trouver une équipe médicale pour opérer Michel.

Les hôpitaux de Pau et de Toulouse ont refusé de l'opérer

Les hôpitaux de Pau et de Toulouse ont tous deux refusés d'opérer Michel, estimant que c'est un patient à risque etque l'intubation serait difficile voir impossible aux vus de ses antécédents. En 2001, Michel a été victime d'un grave incident d'anesthésie à l'hôpital de Pau. Il en garde de graves séquelles, il ne peut plus conduire et a dû abandonner son travail d'informaticien, ayant perdu en partie la vue.

En 2005, il a obtenu réparation devant la justice. Suite à ces refus, Michel a eu le sentiment que le monde hospitalier l'avait mis sur liste noire. Aujourd'hui, il est soulagé mais il a eu dû mal à y croire, lors de son réveil à la clinique.

Michel blacklisté des hôpitaux