Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Après le flash d'un radar, c'est maintenant possible de contester en ligne

lundi 28 décembre 2015 à 6:00 Par Naïs Esteves, France Bleu Bourgogne

Quatorze millions d'automobilistes se sont faits flasher par un radar fixe l'an dernier. 2,6 millions de contraventions ont été contestées. Une procédure simplifiée depuis le 23 novembre. C'est maintenant possible de remplir un formulaire en ligne.

Il suffit de rentrer les renseignements reçus pour contester.
Il suffit de rentrer les renseignements reçus pour contester. - Antai

Dijon, France

C'est arrivée à 14 millions d'automobiliste l'année dernière : un peu trop vite sur la route, un radar fixe, c'est le flash et enfin l'amende qui arrive chez vous. Depuis le 23 novembre, c'est devenu possible de contester son PV en ligne, sur le site de l'Antai, l'agence nationale de traitement automatique des infractions. 

Le formulaire est plutôt simple à remplir. En quelques clics, l'automobiliste peut contester directement en ligne sa contravention. Mais uniquement, pour l'instant, après un flash d'un radar fixe. Par exemple par ce champion de la détection en Côte-d'Or : le radar de Bessey-en-Chaume, sur l’A6 vers Beaune avec 281 flashs par jour en moyenne. Avant, c'était un peu le parcours du combattant : "il fallait être un peu motivé", avoue maître Franck Petit, avocat à Dijon qui traite régulièrement des dossiers d'infractions routières. Déjà, payer l'amende, photocopier les justificatifs, envoyer le tout en lettre recommandée avec accusé de réception et joindre sur papier libre une explication précise des raisons de sa contestation. L'année dernière, l'Antai a reçu deux millions six cent mille dossiers. Grand changement avec cette dématérialisation : c'est gratuit !

Attention aux pièges

En ligne, il faut maintenant toujours joindre des justificatifs, soit en les scannant, soit en les envoyant par lettre recommandée avec accusé de réception, comme avant. Et la contestation en ligne n'est possible que dans certains cas : "Ce n'est pas (ou plus) mon véhicule", "J'ai prêté ou loué mon véhicule" ce qui représente la grande majorité des cas de contestation (2,3 millions de dossiers sur 2,6 millions) ou "Je conteste la réalité de l'infraction". 

La contestation en ligne est possible dans certains cas. - Aucun(e)
La contestation en ligne est possible dans certains cas. - Antai

Après, ce n'est pas si facile : "Il y a des explications un petit peu compliquées de la part du gouvernement qui fait que la liste des pièces à fournir, les explications, c'est pas facile pour certaines personnes qui ne sont pas habituées à ce genre de procédure", explique Me Petit.

Et attention aussi au piège d'Internet : "Lorsqu'on oublie une pièce justificative, le recours en quelque sorte, la contestation ou simplement la consignation est irrecevable. Et à ce moment là, c'est irréparable. L'infraction est considérée comme définitivement admise et ça entraîne la perte de point, l'obligation de payer, etc", prévient l'avocat dijonnais. Surtout que devant un écran, la lecture est moins aisée et que sur ce site, les documents sont nombreux. Alors "il faut prendre son temps", conclut Me Petit.