Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

ArcelorMittal : les hauts-fourneaux de Florange ne rouvriront pas

-
Par , , France Bleu Lorraine Nord, France Bleu

C'était la question qui restait en suspens depuis la fin de l'accord de 2012 entre l'Etat français et ArcelorMittal. Le groupe a évalué la possibilité de rouvrir les hauts-fourneaux de Florange et a finalement décidé de fermer définitivement sa filière à chaud.

Mis sous cocon depuis 2013, les hauts-fourneaux de Florange resteront à l'arrêt.
Mis sous cocon depuis 2013, les hauts-fourneaux de Florange resteront à l'arrêt. © Maxppp - Julio Pelaez

Florange, France

La décision n'aura mis que deux semaines et demi à être prise. ArcelorMittal annonce ce lundi, en comité central d'entreprise, qu'il ne rouvrira pas les hauts-fourneaux de Florange. Le groupe explique avoir étudié la question ces derniers mois et annonce ses conclusions. "Un redémarrage des hauts-fourneaux de Florange ne serait en aucun cas compétitif, et grèverait même la compétitivité du reste du site de Florange, ainsi que celle de l’ensemble de la filière aval de l’entreprise." Le groupe veut en effet faire de Florange un pôle dédié aux produits finis.

La destruction du site

ArcelorMittal annonce donc qu'il va prochainement déconstruire les installations pour libérer les terrains et permettre à d'autres activités de s'implanter. Et explique que dans le même temps, il va investir 22 millions d'euros à Florange pour agrandir la ligne de galvanisation consacrée à l'automobile.

Un beau gâchis

Du côté des syndicats d'ArcelorMittal, on accuse le coup, même si on s'y attendait. "Pendant des années on a voulu laisser un faux suspense aux gens", explique Frédéric Weber, délégué FO. "Aujourd'hui, arrive ce que tout le monde savait : ça va rester une friche industrielle et pas de projet alternatif. C'est quand même un beau gâchis." Frédéric Weber s'interroge également sur la destruction des hauts-fourneaux. "Ça coûte très cher de dépolluer, donc est-ce que le groupe ArcelorMittal va sortir son chéquier pour donner un avenir différent de la sidérurgie à cette zone ?"

Dépolluer la zone

ArcelorMittal explique qu'il va mettre 150 à 200 millions d'euros sur la table pour déconstruire et dépolluer les hauts-fourneaux. Un travail qui devrait prendre deux à trois ans sur place. Eric Niedziela, vice-président d'ArcelorMittal, ajoute que le groupe ne va pas quitter la région. "Florange est un site tourné sur les valeurs ajoutées. Nous avons encore d'autres projets pour renforcer et mettre Florange comme un des outils majeurs de notre dispositif industriel."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu