Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Ardèche : ils montent le collectif "Orange j'enrage" contre les pannes récurrentes d'internet et de téléphone

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Un groupe d'habitants du secteur de Saint-Julien-Labrousse (Ardèche) s'est constitué en "collectif des usagers victimes de pannes internet et téléphone". Ils s'estiment abandonnés par l'opérateur historique, Orange.

Le logo du collectif "Orange j'enrage", créé par les habitants du secteur de Saint-Julien-Labrousse.
Le logo du collectif "Orange j'enrage", créé par les habitants du secteur de Saint-Julien-Labrousse. © Radio France - Adèle Bossard

Saint-Julien-Labrousse, France

Ils se mobilisent pour ne plus être coupés du monde. Un groupe d'habitants du secteur de Saint-Julien-Labrousse, près du Cheylard, en Ardèche, veut lutter contre les pannes récurrentes, si ce n'est permanentes, d'internet et de téléphone. Ils viennent de créer le collectif "Orange, j'enrage" pour se faire entendre de l'opérateur principal : Orange. Leur première réunion publique avait lieu mercredi dernier, dans la salle des fêtes de Saint-Julien-Labrousse.

Ces voisins qui ne se connaissaient pas tous se sont installés en cercle, comme un groupe de parole, pour témoigner et partager leur galère quotidienne. "Chez nous c'est intenable, on n'a jamais internet correctement", glisse Yvette pendant la réunion. Le collectif a distribué un calendrier pour que chacun recense les coupures dont il a été victime dans l'année. "Pas loin de six mois par an sans internet, résume Aline. Et deux ans sans téléphone fixe, et on capte très mal sur le portable".

Le collectif veut recenser les pannes et coupures dont sont victimes les habitants du secteur. - Radio France
Le collectif veut recenser les pannes et coupures dont sont victimes les habitants du secteur. © Radio France - Adèle Bossard

Alain, qui loue des cabanes perchées sur la commune, est ainsi isolée, notamment de ses clients : "C'est inadmissible. Nous, pour notre entreprise, c'est sûr qu'on ne pourra pas se développer ici. On parle de l'Ardèche centrale qui est peu développée au niveau des industries et des commerces mais comment voulez-vous qu'une entreprise, quelle qu'elle soit, puisse venir s'installer ici ?"

"On nous abandonne. Littéralement." - Sarah

Comme Aline, les participants à cette réunion racontent les appels à Orange infructueux, les techniciens qui passent mais qui ne peuvent ou ne savent pas réparer... à l'heure où l'on parle de la fibre et de la 5G. "On sait bien que le réseau est abandonné parce qu'il va y avoir un changement technologique. Mais en attendant on nous abandonne. Littéralement", accuse Sarah. "Je pense qu'on se fiche de nous. On est en milieu rural et on nous laisse tomber. On n'a pas d'argent donc on n'est pas intéressant", abonde Geneviève.

ÉCOUTEZ - "Mais on est combien, isolés comme ça dans nos campagnes et nos hameaux, à batailler ?", s'est demandé Sarah, à l'origine du collectif.

Les habitants présents à la première réunion du collectif "Orange j'enrage". - Radio France
Les habitants présents à la première réunion du collectif "Orange j'enrage". © Radio France - Adèle Bossard

L'une des premières actions du collectif sera de demander aux parlementaires la reconnaissance d'internet comme un service vital, au même titre que l'eau ou l'électricité. "L'État considère aujourd'hui que les citoyens doivent faire leurs démarches sur internet : pour le chômage, la CPAM, les impôts... Alors que ce n'est pas obligatoire de l'avoir !", précise Frédéric.

Parmi les premières actions, la création d'une page Facebook et d'une pétition sont également prévues. Le collectif espère ainsi fédérer l'ensemble des villages de France qui vivent la même situation. Une nouvelle réunion publique est prévue le mercredi 15 janvier prochain au soir, toujours dans la salle des fêtes de Saint-Julien-Labrousse.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu