Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Argelès : la navette gratuite vers la discothèque l'Indigo supprimée

mardi 12 août 2014 à 11:26 Par Elisabeth Badinier, France Bleu Roussillon

Le maire d'Argelès a décidé de supprimer la navette gratuite qui conduisait les vacanciers vers la discothèque l'Indigo à Collioure : les fêtards posaient trop de soucis de sécurité.

Discothèque (illustration)
Discothèque (illustration) © Kzenon - Fotolia.com

La navette gratuite mise à disposition des vacanciers pour aller d'Argelès à la discothèque l'Indigo à Collioure est supprimée depuis le week-end dernier. Cette navette fonctionnait depuis une dizaine d'années : un bus venait chercher gratuitement les jeunes dans le centre d'Argelès et devant les campings pour les emmener jusqu'en boite, et les ramenait en fin de soirée. ****

Mais les habitants proches des arrêts n'en pouvaient plus : tapage nocturne, dégâts sur les voitures, ils ont envoyé plusieurs pétitions au maire qui a donc pris cette année, la décision de supprimer la navette.

"A 5h du matin, ils chantent, crient, cassent et se battent." Pierre Aylagas, le maire d'Argelès

"Cette navette est un bus de 45 places où s'entassent des centaines de jeunes, y en a 200 qui attendent la navette et qui se bousculent et qui sont déjà bien éméchés et lorsqu'ils rentrent à 5 heures du matin, ils crient, chantent, cassent, se battent. Nous avons cherché des solutions en mettant le point de rassemblement devant la police municipale, je pensais naïvement que devant la police municipale ce serait mieux, pas du tout au contraire. L'année suivante on avait mis le point de rassemblement sur le port, c'était pire encore car ils devaient faire 200 mètres à pied, donc ils arrivaient tous ensemble et c'était pire. Donc j'ai décidé de supprimer la navette pour la tranquillité des Argelésiens et des touristes"

indigo-son

'La suppression du sommeil, c'est une torture morale." Pierre, habitant d'Argelès

Pierre habite dans une résidence pavillonnaire tout près du camping ''Le front de mer'' à Argelès. La navette de l'Indigo passait devant chez lui toutes les nuits. Les quelques 200 fêtards en moyenne patientaient juste sous sa fenêtre. C'était devenu invivable pour lui comme pour ses voisins.

"Y a toujours des bagarres, ils tapent sur les voitures, ils gueulent, ils chantent, ils poursuivent les filles, tout cela est normal à cet âge mais c'est insupportable pour les voisins. C'est une torture morale la suppression du sommeil, vous savez c'est interdit dans les pays civilisés"

indigo part 1 enro

" Ils vont prendre tous les risques pour venir quand-même." Le gérant de l'Indigo****

Les gérants de l'Indigo sont indignés , ils rappellent l'intérêt pour la sécurité des jeunes sur la route : le bus leur évitait de prendre la voiture en étant alcoolisés au volant . Une pétition qui circule sur le net pour trouver une autre solution a déjà été signée par plus de 300 personnes.

"Les jeunes vont tout faire pour venir quand même en prenant tous les risques, c'est ça qu'on ne voulait pas" explique Sébastien Sotohito, qui gère l'Indigo avec sa compagne.

indigo part 3

Camille, 20 ans, utilisait régulièrement cette navette avec ses amis, elle est déçue : "C'est dommage pour les jeunes parce que quand on boit un verre c'est toujours mieux de rentrer en navette que de prendre sa voiture et d'avoir un accident"

indigo part 2 enro

Le maire assure qu'il ne changera pas d'avis. Il rappelle au passage qu'il existe aussi des discothèques à Argelès.