Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Ariège : un maire se retrouve au tribunal pour avoir demandé des informations sur les compteurs Linky

jeudi 6 septembre 2018 à 5:45 Par Stéphanie Mora, France Bleu Occitanie

Le maire de Capoulet-et-Junac doit comparaître devant le tribunal administratif de Toulouse ce jeudi. Il est attaqué par la préfecture de l'Ariège pour un arrêté pris sur les compteurs Linky. Arrêté illégal mais l'élu assure qu'il n'est pas contre, il voulait simplement des informations.

Enedis procède aux remplacement des compteurs progressivement dans toute la région.
Enedis procède aux remplacement des compteurs progressivement dans toute la région. © Radio France - Olivier Lebrun

Capoulet-et-Junac, France

Après Loubaut en Ariège ou Blagnac en Haute-Garonne, le tribunal administratif juge encore une fois un maire pour un arrêté sur les compteurs dits intelligents. Ce jeudi, Christian Lacassin, premier magistrat de Capoulet-et-Junac, à 20 km au sud de Foix doit comparaître. Dans ce village de moins de 200 habitants, l'arrivée des compteurs Linky fait débat. Du coup, le maire a voulu obtenir des réponses pour ses administrés et mal lui en a pris...

"Protéger mes administrés" 

Christian Lacassin ne s'attendait pas "à un tel déferlement" quand son conseil municipal vote au printemps dernier un arrêté pour suspendre l'installation des compteurs nouvelle génération. Il veut simplement répondre aux interrogations de ses administrés sur les risques pour la santé, pour les données personnelles et pouvoir donner des explications aux propriétaires dont les compteurs sont changés sans prévenir.  Christian Lacassin qui ne veut plus parler publiquement de cette affaire confie que sa démarche visait à "protéger et informer [ses] administrés". 

Le maire n'assistera pas à l'audience

Le problème c'est qu'il n'a aucune compétence sur l'électricité de la commune. La préfecture de l'ariège pointe l'illégalité de l'arrêté et saisit la justice administrative. Voilà Capoulet-et-Junac dans la liste de plus en plus longue des communes de la région qui résistent à Linky. Et c'est bien ce qui ennuie Christian Lacassin aujourd'hui : pas question d'être récupéré par les opposants ! Ceux qui vont jusqu'à détruire les compteurs. D'autant qu'à Capoulet il y a des habitants favorables à ces nouveaux appareils. Bref, ce maire d'une petite commune demandait juste des informations et le voilà convoqué au tribunal, assailli de coup de fil de journalistes... La semaine dernière le conseil municipal aurait décidé de ne pas s'exprimer sur le sujet, pour ne pas accroître le "déferlement". Lundi, Christian Lacassin a écrit au tribunal administratif et à la préfecture pour les prévenir qu'il ne se rendrait pas au procès et qu'il n'enverrait pas d'avocat : la commune n'a pas les moyens d'en payer un.