Société

Arielle Piazza : "les Girondins joueront la demi-finale de Coupe d'Europe en... 2047"

Par Florence Pérusin, France Bleu Gironde jeudi 14 janvier 2016 à 10:18

Arielle Piazza dans le studio de France Bleu Gironde
Arielle Piazza dans le studio de France Bleu Gironde - Florence Pérusin

L'adjointe d'Alain Juppé en charge de la Jeunesse et des Sports veut rester positive face aux affluences en berne au Matmut Atlantique. Les Girondins n'ont rempli qu'une seule fois pour l'instant leur nouvel écrin.

France Bleu Gironde : Quand vous voyez ce Matmut Atlantique à moitié vide régulièrement, vous transpirez ?

Arielle Piazza : Ah mais pas du tout ! On a à Bordeaux un public de sportifs exigeants. Je n'ai pas raté beaucoup de matches et je vois que les gens viennent certes pour du spectacle, mais aussi pour du niveau de jeu. Dans le sport, vous savez il y a des hauts et des bas, il ne faut pas commencer trop fort, mais je crois en cette équipe et je crois que le public ici est assez infidèle, il préfère voir son club en haut. Et puis il se dilue aussi beaucoup, le hockey sur glace les Boxers, c'est la plus grosse jauge en France et le rugby, c'est la plus grosse jauge en France et en Europe, c'est Laurent Marti, le président de l'UBB, qui nous l'a dit récemment.

A LIRE AUSSI ► Foot - Ligue 1 : faut-il s'inquiéter de la faible affluence au Matmut Atlantique de Bordeaux ?

Les difficultés d'accès ne sont-elles pas aussi en cause ?

Moi ce que je remarque, c'est que le public de plus en plus trouve des solutions par tâtonnement. Donc je pense que les accès, tout du moins en local, pas pendant l'Euro 2016, seront au fur et à mesure plus faciles. Certes, il faudrait qu'on arrive à trouver un accès avec la 4 voies, mais je ne pense pas que cela soit un frein pour venir au stade. On va le voir dès ce weekend avec la venue de Lille, cette jauge à 8 000, c'est un mardi soir, à 21h, c'est pas évident d'aller au stade à ce moment là. Le weekend, c'est quand même beaucoup plus attractif et sincèrement, je ne crois pas que l'accès soit un frein.

Le palais des Sports de Bordeaux qui ouvre à la fin du mois ne risque-t-il pas d'avoir le même destin ?

Franchement je souhaite aux JSA Bordeaux, le club de basket, de remplir cette salle, en tous cas on a tout fait pour. Il a a une certaine impatience des supporters et des partenaires. Quant aux résultats, je voudrais vous signaler qu'au niveau de la mairie, on se projette dans l'avenir. Moi je souhaite que dans le Matmut en 2047, on soit en demi finale de la Coupe d'Europe. J'aime à dire aussi que de Limoges à Hendaye, les Girondins sont le seul club phare de notre nouvelle Grande Région, et ça c'est une particularité et une source de fierté. Pour le Palais de Sports, il sera de toutes les façons plein dès son ouverture avec les scolaires et les autres sports car il n'y aura pas que du basket dans cette salle.

Finalement, le seul stade qui fait l'unanimité, c'est le stade Chaban Delmas qu'on a failli détruire. Pouvez vous assurer aux riverains qu'il ne sera pas défiguré ?

D'abord, les riverains ne sont pas contents car il y a trop de public. Là aussi, je pense que le rugby a trouvé son public dans ce stade, d'ailleurs Laurent Marti se réjouit de son arrivée à Chaban car il lui fallait cette infrastructure. Je vous rappelle que les subventions publiques sont désormais quasi nulles, on ne donne plus un euro aux Girondins. Les riverains ont toujours dit jusqu'à maintenant, le rugby on arrive à cohabiter avec eux, le foot non. Donc aujourd’hui on va doucement leur prouver que cette modernisation mérite d'être faite pour les années à venir et parce qu'on a un public qui est très en attente.


Arielle Piazza: "Le public sportif à Bordeaux est exigent"


Partager sur :