Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Armada 2019 à Rouen : bilan mitigé pour les commerçants

Voilà c'est fini, pour cette édition 2019 de l'Armada. Tous les bateaux sont partis et les bords de Seine, noir de monde pendant plusieurs jours sont aujourd'hui désert. Pour les commerçants, c'est l'heure de faire les comptes. Et le bilan est mitigé.

Certains restaurants ont fait le plein.
Certains restaurants ont fait le plein. © Radio France - Romain Chevalier

Rouen, France

Pour les commerçants, cette édition 2019 de l'Armada est mitigé. Il y a d'un côté les restaurants qui sont installés toute l'année sur les quais. Pour eux, tous les voyants sont au verts. "Ça s'est très bien passé, très bonne ambiance et puis énormément d'affluence", témoigne Stéphane, le propriétaire du Stadium. 

Pendant ces 10 jours, son établissement a battu des records. "Grâce à l'Armada, on va faire quatre fois plus de chiffre d'affaires", poursuit le propriétaire du restaurant. 

Mauvais placement 

Et puis, il y ceux pour qui l'Armada a été une catastrophe, à l'image de Paul, pizzaïolo dans un camion ambulant : 

"On était vers l'espace concert et il y avait très peu de passage. On travaillait juste quand il y avait des concerts et encore, le public partait juste après le feu d'artifice."

Le camion pizza ambulant.  - Radio France
Le camion pizza ambulant. © Radio France - Romain Chevalier

Météo capricieuse

La faute aussi à un temps capricieux et surtout pluvieux pendant une bonne moitié de l'événement.  "On a énormément jeté de marchandises puis on a renvoyé le personnel que l'on avait appelé en renfort, puisqu'on a du fermer plusieurs jours", précise Nadira, responsable d'une sandwicherie mobile. 

Cette restauratrice parle notamment du premier vendredi. Le site a été évacué à cause de la tempête Miguel. Alors pour ces commerçants qui ont investi 35 000 euros pour un emplacement. L'Armada est juste un gouffre financier.