Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société
Dossier : Armada 2019 à Rouen

Armada de Rouen : un technicien renvoyé après avoir interpellé Christophe Castaner sur les violences policières

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure), France Bleu

Dimanche dernier, alors que Christophe Castaner visitait le PC Sécurité de l'Armada, un jeune technicien du son a interpellé le ministre de l'Intérieur sur les violences policières contre des gilets jaunes. La société qui l'employait comme sous-traitant n'a pas apprécié, et a mis fin à sa mission.

Christophe Castaner s'est rendu à l'Armada de Rouen dimanche dernier
Christophe Castaner s'est rendu à l'Armada de Rouen dimanche dernier © Radio France - Flavien Groyer

Rouen, France

La mission d'un jeune technicien du son sur l'Armada de Rouen s'est achevée plus tôt que prévu. L'homme était employé comme sous-traitant par la société normande Scorpion, afin de réalise les émissions de la radio officielle de l'Armada. Radio, dont les studios sont situés au PC Sécurité, que Christophe Castaner est venu visiter dimanche dernier.

"Une pensée pour nos éborgnés"

"Quand le technicien a su que le ministre allait venir, son comportement a changé. Et l'un de mes salariés m'a raconté que le technicien a interpellé directement Christophe Castaner. Quand il l'a vu, il lui a parlé des gilets jaunes éborgnés par la police. Il n'a pas été agressif, ni désobligeant, visiblement le ministre ne s'est pas énervé et lui a dit : et pour les CRS, vous y pensez aussi", raconte le gérant de Scorpion, Pascal Bovin, confirmant une information du media en ligne engagé, Rouen dans la Rue.

Sur la page Facebook de Rouen dans la Rue, le jeune homme raconte sa version de l'incident : "J’ai pris mon courage à deux mains pour l’interpeller et lui parler, je lui ai dit « une pensée pour nos éborgnés ». Suite à cet échange, ses RG personnels ont relevé mon identité, mes intentions et presque toute ma vie..."

Le jeune homme est interrogé par la police

Mais cet échange n'a pas été du goût des policiers : "Il y a eu une vexation des organisateurs qui ont demandé à nous rencontrer. Mais dès que j'ai appris cette histoire, tout de suite j'ai dit qu'on ne pouvait pas continuer à collaborer avec un sous-traitant qui n'a pas de réserve vis-à-vis de la société pour laquelle il travaille. Ce qui me gêne, c'est que mon entreprise a été mise en porte-à-faux et que ce technicien n'a pas respecté son devoir de réserve", poursuit Pascal Bovin.

Pour l'entreprise, l'homme "est sorti de son droit de réserve"

Pour le chef d'entreprise, le problème n'est pas celui du motif de l'interpellation du ministre "Ca aurait été d'ordre religieux ou ethnique, ça aurait été exactement la même chose, c'est juste parce que ça ne se fait pas sur le temps de travail", explique Pascal Bovin qui assure que sa décision n'a pas été prise à la demande des organisateurs et des autorités. Le jeune technicien est lui très en colère : "Je me suis fait virer comme une m... du poste que j’occupais C’est un licenciement abusif !"

Une version contredite par la société Scorpion : "Ce n'est pas un licenciement car l'homme n'était pas un salarié, il s'agissait d'un sous-traitant", conclut Pascal Bovin, qui ne comprend pas pourquoi, depuis la révélation de cette affaire, il reçoit de nombreux mails d'insultes. "Alors que je suis plutôt un patron simple, je suis issu du monde ouvrier."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu