Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Arrêté anti-mendicité : la Fondation Abbé Pierre remet un "Pic d'or" à la ville de Besançon

jeudi 14 février 2019 à 10:56 Par Elie Abergel, France Bleu Besançon et France Bleu

La Fondation Abée Pierre a décerné mercredi soir un "Pic d'Or" à la ville de Besançon. Une cérémonie qui vient sanctionner les villes qui mènent une politique hostile aux sans-abris.

L'arrêté anti-mendicité avait fait polémique.
L'arrêté anti-mendicité avait fait polémique. © Radio France - Vanessa Descouraux

Besançon, France

C'est une récompense dont la ville de Besançon se serait bien passée. La Fondation Abbé Pierre a remis hier soir un "Pic d'Or" à la municipalité de Besançon. À l'occasion d'une cérémonie du même nom, la Fondation Abbé Pierre a dénoncé les villes qui mènent des politiques hostiles aux sans-abri. C'est l'arrêté anti-mendicité de juillet 2018 à Besançon qui a "tapé dans l’œil" de la Fondation Abbé Pierre. La ville de Besançon est ainsi ironiquement décorée, dans la catégorie "Bouge de là". 

Clous, et bancs inclinés contre les SDF

Plus généralement, la fondation Abbé Pierre a souhaité alerter sur l'essor du mobilier urbain anti-SDF, du grillage, aux clous, en passant par des bancs légèrement inclinés qui empêchent d'y dormir

Pour Noria Derdeck de la Fondation Abbée Pierre, ces types de pratique envoient un signal clair aux sans-abri. "Vous n'êtes pas les bienvenus dans les centres-villes, voilà ce qu'entend un SDF confronté à des politiques de ce type" explique Noria Derdeck. "C'est une honte, on prive ces gens d'un espace intime", poursuit Mme Derdeck. "Les sans-abri n'auraient donc pas le droit d'aller et venir comme tout le monde ?", s'indigne Noria Derdeck. 

"Ce sont des populations déjà précaires, qui sont encore plus précarisées par ces pratiques" continue la militante, "avec en plus des amendes à la clef".