Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Arrêté de "tranquillité publique" à Tours : les commerçants satisfaits

mardi 12 août 2014 à 17:32 Par Théo Maneval, France Bleu Touraine

Il y a trois mois Serge Babary signait un arrêté pour interdire l'occupation dite "abusive et prolongée des rues" en centre-ville. Un texte identique à celui adopté par Jean Germain au mois de décembre. Dans le viseur toujours, les attroupements de sans-abris avec des chiens devant les magasins. Si le résultat est visible en centre-ville, l'arrêté n'a fait que déplacer les groupes indésirables.

La rue nationale à Tours avec les rails de son nouveau tramway.
La rue nationale à Tours avec les rails de son nouveau tramway. © Radio France - Stéphane Milhomme

La mesure semble porter ses fruits. Depuis le 16 mai, six à huit policiers municipaux patrouillent en quasi-permanence , à pied ou à vélo, dans le centre-ville (vieux-Tours, rue Nationale et quais de la Loire).

Ils ont pour mission d'éviter "toute occupation abusive et prolongée des rues et dépendances domaniales visées, accompagnée ou non de sollicitations ou quêtes à l'égard des passants, accompagnée ou non de chiens (...) lorsqu'elle est de nature à entraver la libre circulation des personnes, la commodité de passage et la sûreté ". En clair, de faire en sorte que les groupes de sans-abris , avec ou sans chiens, cessent de s'installer devant les vitrines des magasins.

Les commerçants s'étaient déjà plaints au maire précédent, Jean Germain, qui avait pris un arrêté similaire au moment des courses de Noël. Mais dans les boutiques on explique que depuis le printemps, le phénomène avait repris, et dans une ampleur encore plus importante que les années passées.

Les sans-abris se sont donc déplacés , ils ont pour la plupart trouvé refuge sur les bords de Loire , sous le pont Wilson ou le pont Napoléon. Ils comprennent le point de vue des commerçants en pleine période touristique. Mais ils ont l'impression de payer pour les bêtises commises par quelques cas isolés .

"On nous met tous dans le même panier... Dans la rue on n'est pas tous pareil !"

Bilan arrêté mendicité - ENRO

Les commerçants ont l'air satisfaits de l'application de la mesure... La Ligue des Droits de l'Homme en Touraine beaucoup moins. Sa présidente Catherine Lizon-Croze avait attaqué l'arrêté de Jean Germain devant la Justice. Elle dénonce une nouvelle fois une mesure cosmétique et stigmatisante.Les commerçants ont l'air satisfaits de l'application de la mesure... La Ligue des Droits de l'Homme en Touraine beaucoup moins. Sa présidente Catherine Lizon-Croze avait attaqué l'arrêté de Jean Germain devant la Justice. Elle dénonce une nouvelle fois une mesure cosmétique et stigmatisante .

"Chasse aux pauvres intolérable" et "argent jeté par les fenêtres"

Bilan anti-mendicité - SON

La ligue des droits de l'Homme en Touraine a été déboutée par le tribunal administratif d'Orléans, dans sa plainte contre l'arrêté de Jean Germain. Elle n'a pas pu porter plainte contre celui de Serge Babary, mais prévoit de le faire si l'arrêté est reconduit en septembre prochain.