Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le Mans : des sorties entre femmes pour assumer ses poils

-
Par , France Bleu Maine, France Bleu

Les femmes s'épilent-elles parce qu'elles le veulent vraiment ou parce qu'elles s'y sentent obligées par la pression sociale ? Pour aider celles qui le souhaitent à assumer leurs poils, un rendez-vous baptisé "Les poilues sont de sortie" est organisé ce samedi 10 août 2019 au Mans.

Plutôt porter un pantalon par 35° qu'exposer ses poils aux yeux de tous. 95% des femmes françaises s'épilent.
Plutôt porter un pantalon par 35° qu'exposer ses poils aux yeux de tous. 95% des femmes françaises s'épilent. © AFP - VOISIN / Phanie

Le Mans, France

C'est pratiquement inconcevable pour de très nombreuses femmes : porter une jupe ou un débardeur sans être épilée ; ne parlons même pas d'un maillot de bain. Les hommes, en revanche, se posent rarement la question pour eux-mêmes. Pourquoi une telle différence ? C'est tout l'enjeu des "poilues sont de sortie", des rencontres organisées partout en France sous l'égide du collectif "Liberté, Pilosité, Sororité". Ce samedi 10 août 2019, l'un de ces rendez-vous se tient au jardin de Tessé, au Mans. 

Le poids de la norme sociale

Estelle Brochard, membre du collectif, s'est épilée pendant 20 ans avant de franchir le pas, inspirée notamment par une rencontre avec une conteuse québécoise qui assumait parfaitement ses jambes poilues. Aujourd'hui cela fait un an et demi qu'elle n'a plus touché un rasoir ou un épilateur

"Au-delà du fait que ça me prenait beaucoup de temps de m'épiler, j'ai arrêté de me faire mal de mes propres mains", raconte-t-elle sur France Bleu Maine. "Cela m'a permis de me questionner sur qui je suis en tant que femme, sur ce que je veux. J'ai des regards parfois quand je me mets en jupe, mais au moins c'est devenu un contre-choix totalement assumé". 

Si certaines femmes s'épilent pour se soumettre aux normes sociales, d'autres peuvent-elles le faire par choix justement ? "C'est une grande question", reconnaît Estelle Brochard. "Quand on sait que 95% des Françaises s'épilent, on peut se poser la question du choix personnel par rapport à son propre corps, à la notion de beauté et par rapport aux regards extérieurs". 

Estelle Brochard : "Après 20 ans d'épilation, j'ai décidé d'arrêter"

Des rendez-vous réservés aux femmes

Le rendez-vous organisé ce samedi au Mans n'est pas mixte : il est exclusivement réservé aux femmes, éventuellement accompagnées de leurs enfants. "La question est très sensible" explique Estelle Brochard, "et elle nécessite un espace dans lequel les femmes se sentent vraiment libres de parler sans avoir un regard perçu comme agressif. La pilosité féminine, c'est un sujet qui de prime abord semble anodin et qui pourtant suscite très vite des commentaires violents voire haineux. C'est bien la preuve que ce n'est pas si simple".

>>> Les poilues sont de sortie, samedi 10 août 2019 à 15H, au jardin de Tessé, au Mans (non-mixte). Contact sur la page Facebook du collectif "Liberté, Pilosité, Sororité"