Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Tour de France 2019

Arthez-d'Asson : brève rencontre entre Emmanuel Macron et des éleveurs en marge du Tour de France

-
Par , France Bleu Béarn, France Bleu

Des éleveurs ont pendu deux brebis mortes sur le passage du Tour de France à Arthez-d'Asson pour protester contre une nouvelle attaque supposée de loups hybrides. Ils ont obtenu une rencontre avec le président de la République qui descendait en hélicoptère sur la commune.

Deux brebis mortes ont été pendues a Arthez-d'Asson, sur le passage du Tour de France
Deux brebis mortes ont été pendues a Arthez-d'Asson, sur le passage du Tour de France © Radio France - Damien Gozioso

Arthez-d'Asson, France

Ils voulaient se faire entendre et pour cela ils ont fait en sorte d'être vus. Des éleveurs en colère après une attaque attribuée au loup hybride dans le massif du Jaout et la mort de 13 bêtes ont pendu deux cadavres de brebis à Arthez-d'Asson, sur la route du Tour de France. 

Ils exigeaient d'être reçu en entretien par le président de la République qui descendait en hélicoptère sur la commune pour se rendre ensuite sur le trajet du Tour de France. Après négociations ils ont obtenu un très bref instant, cinq minutes, avec Emmanuel Macron qui leur a néanmoins promis de les recevoir à Paris pour une entrevue officielle. 

L'opposition des "anti" est particulièrement virulente dans les Pyrénées, notamment en Ariège, où les dossiers d'indemnisation pour dommages lié à l'ours par exemple ont doublé, en 2018, à 448 cas contre 265 un an auparavant (+70%). Le nombre de bêtes tuées et indemnisées s'est élevé à 645, dont 625 ovins.