Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Associations et élus d'Indre et Loire réagissent à l'affaire Léonarda

-
Par , France Bleu Touraine

Samedi, le président de la République, François Hollande offrait à la jeune Léonarda de revenir en France seule. Il pensait probablement apaiser les tensions mais il a mis le feu aux poudres. Associations et élus tourangeaux réagissent.

Leonarda Dibrani
Leonarda Dibrani © Reuters

Depuis la proposition de François Hollande de faire revenir la jeune Léonarda en France, sans sa famille, les réactions pleuvent. Si Manuel Valls parle d'un geste de "générosité", le reste de la classe politique, gauche et droite confondues, s'avoue perplexe, indignée, voire écœurée.

A l'UMP, Claude Greff, député de la deuxième circonscription d'Indre-et-Loire, avoue ne simplement pas comprendre cette déclaration, loin du rôle attendu d'un président de la République.

"Un président n'a pas à intervenir de la sorte et proposer de séparer un enfant de sa famille." 

"Un président n'a pas à intervenir de la sorte et proposer de séparer un enfant de sa famille."

A gauche aussi, le président a du mal à trouver des soutiens. Pour Josette Blanchet, conseillère municipale communiste à la ville de Tours, depuis l'arrestation de Léonarda, rien ne va plus dans l’attitude du gouvernement.

"Il ne faut pas oublier les valeurs de notre République." 

"Il ne faut pas oublier les valeurs de notre République."

Les associations de soutiens aux migrants sont aussi surprises de la tournure que prend cette affaire et s'inquiètent, comme l'explique Louis Barraud, porte-parole de Chrétiens migrants.

"Tout cela manque beaucoup d'humanisme."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess