Société

Associations Paloises cherchent un toit

Par Marie-Line Napias, France Bleu Béarn mardi 20 octobre 2015 à 18:46

Handisport cherche des locaux accessibles
Handisport cherche des locaux accessibles - Marie- line Napias

La ville de Pau veut raser les locaux de l'ancien hôpital de Laherrère, 14 avenue Saragosse. Des locaux devenus vétustes et qui accueillent plusieurs associations. Ces associations doivent quitter les lieux d'ici le 31 janvier 2016. Les solutions de relogement ne sont pas idéales.

 Le 6 octobre, le directeur général adjoint des services de la ville, leur a adressé une lettre recommandée, pour leur demander de libérer les locaux avant le 31 janvier. Cela concerne des associations comme "la confédération syndicale des familles" qui compte une centaine d'adhérents dont trente qui sont aidés régulièrement dans leur gestion quotidienne. "L'association sportive municipale" , 25 activités, un millier d'adhérents, dont trois cent pratiquent des activités sur place . L'ASM avec sa section boxe accueille des jeunes du quartier Saragosse. Il y a aussi l'association sportive et culturelle : "Pau Béarn handi sport", qui regroupe cent cinquante adhérents, valides et handicapés

Les jeunes du quartier Saragosse sont priés d'aller à l'Ousse des bois ou au domaine de Sers

Dans ce quartier Saragosse, l'ASM propose,une activité boxe qui occupe des jeunes souvent livrés à eux-mêmes, à des prix attractifs pour les familles. Le service foncier de la ville de Pau leur a proposé d'aller à l'ancienne médiathèque de l'Ousse des bois, un autre quartier HLM. Pour le président de l'ASM, Emmanuel Lecointe c'est aberrant, tout comme l'autre proposition d'aller au domaine de Sers, dans les locaux du futur ex- centre de loisirs. C'est excentré, et très mal desservi par les transports en commun.

L'association sportive municipale veut rester dans le quartier Saragosse

C'est aussi le domaine de Sers que la ville propose comme solution de repli à l'association sportive et culturelle Pau Béarn handisport. Une association qui mêle handicapés et valides, pour différentes activités sportives, avec des compétitions. Cent cinquante adhérents au total. Dans un premier temps , on leur proposait un local à l'espace Jacques Prévert, dans le quartier de l'Ousse des bois. Mais ce local n'était pas accessible aux personnes en fauteuil roulant. La présidente, Isabelle Donnadille, se sent abandonnée par la ville et les élus. Le domaine de Sers lui paraît bien trop éloigné.

La présidente de l'association "Pau Béarn handisport", Isabelle Donadille

Même scénario catastrophe pour la confédération syndicale des familles. La ville  lui a proposé un studio dans un immeuble de la rue Bourbaki. Mais il était à l'étage et pas accessible à des personnes âgées ou handicapées.

Jean lacoste, l'adjoint en charge des associations, affirme pratiquer le dialogue, l'échange et la négociation

Jean Lacoste, l'adjoint en charge de la vie associative estime qu'il est trop tôt pour évoquer ce sujet. Il demande qu'on laisse le temps aux services techniques de faire leur travail de proposition. Il affirme que rien ne sera imposé mais que la ville ne peut offrir que ce qu'elle a.

Un déménagement qui menace des emplois

Le président de l'ASM, Emmanuel Lecointe réclame une table ronde avec les élus et les services techniques. et comme d'autres présidents, il s'inquiète pour les secrétaires des associations. Jusqu'ici les locaux étaient gratuits, tout comme l'électricité , l'eau et le chauffage. Que va t-il se passer si les associations doivent payer un loyer et les charges qui vont avec? Pourront-elles encore payer leurs salariés. Rien n'est moins sûr. Pour lui, la ville met "la charrue avant les bœufs", en démolissant la Herrère avant d'avoir trouvé des solutions acceptables pour les associations.