Société

Attentats du 13 novembre : un an après, qu'est-ce qui a changé ?

Par Martine Bréson et France Bleu, France Bleu Paris et France Bleu mardi 8 novembre 2016 à 8:01 Mis à jour le vendredi 11 novembre 2016 à 8:52

Notre vie a-t-elle changé un an après les attentats du 13 novembre ?
Notre vie a-t-elle changé un an après les attentats du 13 novembre ? © Maxppp -

Vendredi 13 novembre 2015 : une date qui restera gravée à tout jamais dans nos mémoires. Cette nuit sanglante a fait 130 morts et 413 blessés. Elle a bouleversé nos vies et modifié nos comportements. Un an après, toute cette semaine, France Bleu se penche sur ce qui a changé dans notre quotidien.

Vendredi 13 novembre, la France est sous le choc. Paris a été frappée au cœur. Le Bataclan, les terrasses et les environs du Stade de France ont été visés par trois commandos du groupe Etat Islamique. Le bilan est très lourd : 130 morts et 413 blessés. Un an après qu'est-ce qui a changé ?

Racisme et islamophobie

Depuis les attentats de Charlie hebdo, les musulmans sont les premières victimes du racisme et de l'islamophobie en France. Après les attentats du 13 novembre, ils sont aussi les premières victimes de l'état d'urgence et des discours politiques qui les visent. La vie quotidienne des musulmans a changé.

Ecoutez le reportage d'Isabelle Piroux.

Les écoles

Les sorties sont réduites, les enfants ne prennent plus les transports, les parents ne peuvent plus entrer dans les établissements scolaires. Les consignes de sécurité ne facilitent pas les relations école/parents d'élèves.

Ecoutez le reportage de Virginie Pironon.

Les festivités, festivals, foires, salons

Si certains évènements, comme la Foire Saint-Martin à Pontoise qui a quand même été réduite à dix jours, ont bien eu lieu, d'autres festivités, festivals, salons, manifestations, évènements sportifs, ont été annulés par précaution ou pour des raisons de sécurité. Répondre aux impératifs de sécurité peut s'avérer très compliqué pour les organisateurs qui préfèrent jeter l'éponge. Certaines salles de spectacle ont aussi constaté une baisse des spectateurs depuis les attentats.

Ecoutez le reportage de Delphine Evenou.

Dans les transports en commun

Dans le métro, le RER, le bus, des millions de personnes se croisent tous les jours. Si la baisse de fréquentation des premiers jours après les attentats n'est plus d'actualité, la crainte d'une nouvelle attaque reste bien réelle. Les voyageurs sont plus vigilants. Dans le métro par exemple, 7 colis suspects sont signalés tous les jours. C'est 60% de plus qu'avant les attentats. La RATP fait tout pour rassurer les voyageurs.

Ecoutez le reportage de Nicolas Olivier, un an après, à la RATP.

"Vos é[mot]ions"

Sur l'antenne de France Bleu, il y a un an, vous avez été nombreux à nous appeler. Durant toute cette semaine, nous allons aussi nous souvenirs de vos mots, de vos réactions après les attentats. Ce sont ces paroles d'auditeurs que nous vous proposons de réentendre, dans notre dossier spécial.