Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Attaque à la Mosquée de Bayonne : 300 personnes à la marche pour la paix

-
Par , France Bleu Pays Basque, France Bleu

300 personnes ont participé à une marche pour la paix et contre le racisme un mois et demi après l'attentat qui a fait deux blessés à la Mosquée de Bayonne.

300 personnes ont marché des Hauts de Bayonne jusqu'au Petit Bayonne pour la paix et contre le racisme
300 personnes ont marché des Hauts de Bayonne jusqu'au Petit Bayonne pour la paix et contre le racisme © Radio France - Anthony Michel

Bayonne, France

Le 30 octobre dernier, un septuagénaire tentait de mettre le feu à la Mosquée de Bayonne, blessant par balle sur sa route deux fidèles. Un mois et demi plus tard, plusieurs associations de quartier des Hauts de Bayonne et SOS Racisme ont organisé une marche pour la paix et contre le racisme.

Le point de départ était donné place des Gascons, direction l'esplanade Rolland Barthes dans le Petit Bayonne.

Les manifestants sont partis de la place des Gascons en passant devant la gare de Bayonne direction l'esplanade Rolland Barthes - Radio France
Les manifestants sont partis de la place des Gascons en passant devant la gare de Bayonne direction l'esplanade Rolland Barthes © Radio France - Anthony Michel

Un peu plus de 300 personnes ont participé à la manifestation derrière une seule pancarte: "Liberté, égalité, fraternité pour toutes et tous, sans exception".

Dans le cortège, l'une des deux victimes, toujours hospitalisée 5 jours par semaine, sa famille, ainsi que de nombreux habitants du quartier qui ont voulu montrer leur soutien.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu