Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Attaque à la préfecture de police de Paris : l'une des victimes, Anthony Lancelot, était originaire du Loiret

-
Par , France Bleu Orléans

Emmanuel Macron a rendu hommage, ce mardi, aux quatre fonctionnaires tués dans l'attaque au couteau perpétrée le 3 octobre à la préfecture de police de Paris. L'une des victimes, Anthony Lancelot, père de famille de 39 ans, vivait près de Montargis et avait commencé sa carrière dans le Loiret.

Cérémonie d'hommage aux quatre fonctionnaires tués lors de l'attaque au couteau à la préfecture de police de Paris
Cérémonie d'hommage aux quatre fonctionnaires tués lors de l'attaque au couteau à la préfecture de police de Paris © Maxppp - Ian Langsdon

Loiret, France

Comme dans tous les commissariats de France, ce mardi, les fonctionnaires des commissariats d'Orléans et de Montargis ont observé une minute de silence, ce mardi à 11 heures, en hommage à leurs quatre collègues tués jeudi dernier, dans l'attaque au couteau commise à la préfecture de police de Paris. "En famille", sans caméras ni appareils photos, précise-t-on à la direction départementale de la sécurité publique. L'émotion était particulièrement vive car l'une des victimes était originaire du Loiret et avait travaillé à Orléans et Montargis.

Le capitaine Anthony Lancelot, 39 ans, a reçu la Légion d'Honneur à titre posthume, ce mardi lors de la cérémonie. Ce policier travaillait pour la direction du renseignement de la préfecture de police de Paris (DRPP), mais il avait commencé sa carrière dans le Loiret, d'où il était originaire. 

Il a travaillé aux commissariats d'Orléans et de Montargis

"Il était adjoint de sécurité au commissariat d'Orléans, puis à celui de Montargis de 2005 à 2007", explique Fabien Arvaron, secrétaire départemental du syndicat Alliance dans le Loiret : "ça nous a mis un gros coup au moral jeudi dernier, à tous les collègues du commissariat, quand on a appris la nouvelle".

Après avoir été adjoint de sécurité (contrat de trois ans), il est ensuite "parti à l'école des gardiens de la paix", poursuit un ex policier orléanais qui évoque "quelqu'un de très gentil". 

Un policier expert en informatique passé par Orléans et Montargis

Alain Morel, lui, a travaillé avec Anthony Lancelot au commissariat de Montargis. Aujourd'hui membre du bureau national du syndicat des cadres de la sécurité intérieure, il se "souvient d'un adjoint de sécurité qui avait pu exprimer ses compétences en informatique. C'est le métier pour lequel il a ensuite été recruté à la DRPP. Il était fiable, on pouvait compter sur lui, il donnait souvent des coups de main en informatique". 

Alain Morel "pense très fort à la famille d'Anthony, à _ses deux enfants en bas âge_, et à ses proches." Selon nos informations, tous vivent dans le Montargois (Est du Loiret).

Près de Montargis, la compagne d'Anthony Lancelot sous le choc

"Jeudi dernier, sa compagne a su par les médias, dans un premier temps, qu'il y avait eu une attaque à la préfecture de police de Paris, dans le service où travaillait Anthony", raconte le syndicaliste. "Il y a d'abord eu l'attente puis l'annonce de sa mort, un choc énorme. Ce sont des collègues qui ont été chargés de la prévenir. Je sais que des policiers du commissariat de Montargis sont allés au domicile de sa conjointe et l'ont trouvée dans un état de choc très important, prise en charge par les secours. C'est absolument terrible."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu