Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Attaqué sur l'accueil des mineurs étrangers en Moselle, Patrick Weiten se défend

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Violemment mis en cause par des militants associatifs sur l'accueil des mineurs étrangers isolés au sein du Centre Départemental de l'Enfance, le président du département de la Moselle Patrick Weiten dénonce des accusations "indignes et diffamatoires".

Le centre départemental de l'enfance de Moselle à Plapeville
Le centre départemental de l'enfance de Moselle à Plapeville - Google street view

Moselle, France

Eric Graff était connu jusqu'à présent pour son combat auprès des demandeurs d'asile au sein du Collectif mosellan de lutte contre la misère. Depuis plusieurs semaines, le militant associatif a décidé de s'emparer du sort des "mineurs non accompagnés", ces enfants arrivés en France sans leur parents. En Moselle, ces jeunes sont confiés par l'Etat au Centre Départemental de l'Enfance (CDE), dont la structure principale se situe à Plappeville.

Et c'est précisément ce CDE et le président du département de la Moselle, Patrick Weiten, qui sont devenus la cible d'Eric Graff. Il dénonce, photos à l'appui, les conditions d’hébergements et de prise en charge des enfants dans plusieurs billets publiés sur le blog sur le site d'information Médiapart, ainsi que dans une lettre ouverte adressée au secrétaire d'Etat Adrien Taquet. 

Matelas à même le sol 

"Ces jeunes dorment à même le carrelage du réfectoire, sur des matelas de mousse, qu'ils sont obligés de remiser la journée dans la cave du CDE. Ils n'ont aucune intimité, se font voler leurs affaires... Cette situation induit une violence entre eux" énumère Eric Graff qui accuse également l'institution de créer des difficultés à ces jeunes (originaires du Sénégal, du Mali et du Bangladesh) pour leurs démarches administratives ou leur scolarité.  

Il ne mâche pas ses mots, et parle de maltraitance et de traitements inhumains."Que veut-on pour eux ?  De quoi vivront-ils à leur sortie du CDE ? Ce sont ceux qui vivent de l'économie parallèle qui doivent se frotter les mains, parce qu'il y a la un très bon vivier..." Le syndicat SUD au sein du CDE qui réclame depuis plusieurs années des moyens d'encadrement supplémentaires, explique avoir saisi le défenseur des droits sur cette problématiques.

Photos publiées par Eric Graff pour dénoncer les conditions d'hébergement des mineurs étrangers isolés au CDE de la Moselle  - Aucun(e)
Photos publiées par Eric Graff pour dénoncer les conditions d'hébergement des mineurs étrangers isolés au CDE de la Moselle - Capture d'écran

"Des mensonges" réplique Patrick Weiten

Patrick Weiten qui alimenterait les réseaux de délinquance ? Le président du département de la Moselle répond à ces accusations qu'il juge "indignes, non-justifiées et diffamatoires." D'autant qu'il indique n'avoir jamais rencontré Eric Graff ni avoir été sollicité directement par lui. 

Il n'y a aucun enfant qui ne soit pas accueilli en Moselle"

Oui, admet Patrick Weiten, "il arrive que nous soyons obligés de faire dormir certains jeunes sur des matelas" rappelant que 700 enfants étrangers ont été confiés l'an passé au CDE et que le nombre progresse chaque année, "mais je préfère cela plutôt que de les laisser seuls, dehors, dans la rue." Le département loue pour eux deux pavillons à Vigy et à récemment recruté 30 familles d'accueil supplémentaires. La scolarité et l'apprentissage ? Il donne l'exemple de trois jeunes pris en charge à Thionville et accompagnés dans leur apprentissage.  

13 millions d'euros par an

"J'ai affirmé à mon installation la protection de l'enfance comme la grande cause du département. Nous sommes salués nationalement, et d'autres départements n'en font pas autant" rappelle l'élu qui  cite les 103 millions d'euros annuellement consacrés à l'aide à l'enfance, dont 13 millions pour les mineurs non-accompagnés, et qui indique qu'il n'est fait aucune différence entre ces jeunes et les enfants mosellans placés aux CDE.

"Tout n'est peut-être pas parfait concède le président de la Moselle, mais ce sujet mérite raison, retenue et responsabilité." Patrick Weiten laisse la porte au dialogue mais ne digère pas la mise en cause des salariés et éducateurs du CDE et se réserve la possibilité de porter plainte.