Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

VIDÉO - Attaques chimiques ou radioactives : les forces de sécurité d'Occitanie s'entraînent pour éviter le pire

-
Par , France Bleu Occitanie

De nombreux services de la sécurité et du secours en Occitanie se retrouvent pendant deux jours, mardi et mercredi en Haute-Garonne, pour apprendre à se connaître et mieux travailler ensemble.

L'entraînement consistait à travailler ensemble contre une attaque chimique ou radioactive.
L'entraînement consistait à travailler ensemble contre une attaque chimique ou radioactive. © Radio France - Suzanne Shojaei

Colomiers, France

Une attaque vient de se produire. Elle entraîne une émission de substances radioactives. Voilà le scénario de l'entraînement. Comme pour chaque attaque, de nombreux services sont réquisitionnés : pompiers, policiers, gendarmes, CRS, démineurs, infirmiers, médecins du SAMU... Tous ces corps de métiers travaillent ensemble mais avec des procédés différents. C'est la raison pour laquelle ils se retrouvent ces mardi et mercredi à Toulouse, au Service départemental d'incendie et de secours (SDIS) de Colomiers. Deux jours de travail en commun pour apprendre à se connaître et ainsi, être plus efficace sur le terrain. 

Chaque année, deux entraînements de la sorte sont organisés, répartis entre l'Occitanie et la région Sud-PACA. Cette fois, 230 personnes participent. "Mettre les équipes en commun permet à chacun de voir comment les autres travaillent, explique Gérard Patimo, chef d'état major adjoint de la zone sud de défense et de sécurité. Quand on se connaît bien, on perd moins de temps sur le terrain."