Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Attentat de Conflans : l'ancien maire Jean-Paul Huchon appelle les citoyens à "une offensive anti-islamiste"

-
Par , France Bleu Paris

Ancien maire socialiste de Conflans-Sainte-Honorine et ancien président de la région IDF, Jean-Paul Huchon appelle "tous les citoyens" à se mobiliser pour contrecarrer "l'offensive islamiste latente" et dénonce la "tyrannie du politiquement correct". Il sera présent à la marche blanche ce mardi.

Fleurs et messages en hommage à Samuel Paty, devant le collège du Bois d'Aulne, à Conflans Sainte Honorine
Fleurs et messages en hommage à Samuel Paty, devant le collège du Bois d'Aulne, à Conflans Sainte Honorine © Radio France - Rémi Brancato

L'état d'esprit de Jean-Paul Huchon ce mardi à quelques heures de la marche blanche organisée à Conflans-Sainte-Honorine en hommage à Samuel Paty, "c'est plus que de la tristesse".  L'ancien maire socialiste de la commune de 35.000 habitants (1994/2001), "où il fait bon vivre", est sonné après cet attentat survenue vendredi soir devant le collège du Bois d'Aulne où enseignait Samuel Paty. Il assure sur France Bleu Paris n'avoir "jamais" connu de "problèmes de ce type" dans cette ville, avant son départ en 2001. 

Confans-Sainte-Honorine, une ville "tranquille", où il n'y a "pas de ghettos, pas d'immeubles de plus de quatre étages". Jean Paul Huchon est d'ailleurs surpris que cette tragédie soit arrivée dans "la zone la plus pavillonnaire de Conflans".

Sentiment partagé par les habitants avec qui il a échangé. "Pour eux c'est sidérant, si ça se passe là, ça peut se passer partout ! Une ville qui n'a aucune caractéristique à inquiéter peut le devenir du jour au lendemain."

Des brèches dans les écoles

Ce mardi à 18h30, il sera présent à la marche blanche, aux côtés de l'actuelle présidente de la région, Valérie Pécresse, car c'est "important d'y être". 

Face à la menace terroriste islamiste, il appelle "tous les citoyens" à se mobiliser, à organiser une "contre-action", "une offensive anti-islamiste qui équilibre cette offensive islamiste latente", déclare l'ancien président de région.

Président de la région Ile-de-France entre 1998 et 2015, il affirme aussi avoir repéré des brèches dans les établissements scolaires visités un peu partout dans la région, après les attentats de Charlie Hebdo. "Il y avait entre 20 et 30% de jeunes issus de l'immigration qui n'étaient pas 'charlie', qui n'acceptaient pas les manifestations d'hommage". 

Les politiques portent-ils une responsabilité ? 

"Oui," affirme sans détour, Jean-Paul Huchon, qui n'a plus de responsabilités politiques. Il dénonce "cette tyrannie du politiquement correct" qui conduit à "surtout ne gêner personne". Il déplore aussi la tendance "pas de vague" dans l'éducation nationale qui "a paralysé l'action". "On n'est pas obligé d’être malveillant, mais faut en finir avec l'excuse permanente".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess