Société

Attentats de janvier : un an après, retour sur les lieux

Par Fanny Lechevestrier et Sylvain Tronchet, France Bleu Paris Région jeudi 7 janvier 2016 à 10:43

© Maxppp

7 janvier 2015 - 7 janvier 2016. Un an après, France Bleu 107.1 est retournée sur les lieux des assassinats commis par les frères Kouachi, les attentats de Charlie, qui ont fait 12 victimes. Retour sur les lieux avec les témoins de cette journée.

Il y a un an, le 7 janvier 2015, la tuerie de Charlie Hebdo fait douze victimes, toutes assassinées par les frères Kouachi. Un an après, France Bleu 107.1 est retournée sur les lieux des attentats, dans le 11e arrondissement de Paris, avec les témoins directs de cette journée.  Sylvain Tronchet a ainsi rencontré Patrick, c'était le kiosquier de Cabu et Wolinski et c'est sa voiture que les terroristes vont braquer pour pouvoir s'enfuir. Rencontre aussi avec Djamel, barman à la Grosse Bouteille, c'est dans ses bras que le policier Ahmed Merabet est mort. 

"Ce sont des gens qui ont voulu tuer la presse et la police"

Depuis plus de 30 ans, Patrick est kiosquier, à Saint-Germain-des-Prés, à Paris. C'est là que tous les jours, les dessinateurs Cabu et Wolinski venaient lui acheter leurs journaux. Ils étaient d'ailleurs passés ce 7 janvier, au matin. Patrick rentre ensuite chez lui, dans le 19e arrondissement et c'est là, fait extraordinaire, qu'il se fait braquer par les frères Kouachi. Ces derniers prennent alors la fuite avec sa voiture, en lui disant "si jamais les medias vous interrogent, vous n'aurez qu'à dire que c'est Al-Qaida Yemen". Un an plus tard, Patrick tient toujours son kiosque, à Saint-Germain-des-Prés. "Ce sont des gens qui ont voulu tuer la presse et la police qui, par hasard, m'ont braqué, le marchand de journaux qui a vendu le matin même les journaux à Wolinski et à Cabu et qui vont mourir dans une imprimerie. La boucle est bouclée. C'est le scénario improbable."

Patrick le kiosquier de Cabu et Wolinski. Reportage FB 107.1 de Sylvain Tronchet

L'histoire de Patrick a inspiré un livre : "Le kiosquier de Charlie", d'Anaïs Ginori, aux éditions des Equateurs.

"J'ai vu son regard, j'ai vu qu'il m''avait reconnu"

Autre témoignage France Bleu 107.1 : celui de Djamel Adane, barman à la Grosse Bouteille, boulevard Richard-Lenoir, dans le 11e arrondissement. C'est là que Ahmed Merabet a été abattu par les frères Kouachi en fuite. Le policier est mort dans les bras de Djamel venu à son secours. "On y repense tous les jours. J'ai vu le regard d'Ahmed en retournant son corps, j'ai vu qu'il m'avait reconnu. Son regard ne me lâchait pas". 

Le témoignage de Djamel au micro FB 107.1 de Sylvain Tronchet

La peinture de C215 en hommage à Ahmed Merabet - Maxppp
La peinture de C215 en hommage à Ahmed Merabet © Maxppp

Un boulevard, un quartier, encore très marqués par les attentats de janvier. "Le quartier est plus triste mais cela va s'arranger" dit Djamel, qui a aujourd'hui sous les yeux la peinture réalisée par Cristian Guémy, alias C215. Une fresque peinte sur une armoire électrique du boulevard Richard-Lenoir, à la demande des policiers.

La dernière Une de Charlie Hebdo, un an après - Maxppp
La dernière Une de Charlie Hebdo, un an après © Maxppp

Journée de commémoration dimanche

Dimanche 10 janvier, un hommage sera rendu à toutes les victimes des attentats de janvier mais aussi en mémoire des victimes du 13 novembre. Hommage des Parisiens qui se déroulera place de la République.

Dimanche matin, à partir de 11 heures, la maire de Paris Anne Hidalgo et le Président de la République François Hollande dévoileront une plaque en hommage à toutes les victimes au pied d'un chêne planté mardi. C'est à ce moment-là que Johnny Hallyday interprètera sa chanson "Un dimanche de janvier". Le Choeur de l'Armée française chantera la Marseillaise. 

A 17h15, les Parisiens se rassembleront pour l'illumination du chêne et de la fresque "Fluctuat nec mergitur", place de la République.