Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mondial 2018 de football

Attentats de Paris - Didier Deschamps : "Personne ne peut oublier" le 13 novembre

vendredi 4 novembre 2016 à 11:26 Par Germain Arrigoni, France Bleu

"Personne ne peut oublier, bien évidemment", a commenté jeudi le sélectionneur Didier Deschamps au sujet des attentats du 13 novembre 2015 qui avaient frappé Paris, alors que les Bleus jouaient ce soir-là contre l'Allemagne et que le Stade de France était une des cibles.

Didier Deschamps
Didier Deschamps © AFP - FRANCK FIFE

C'était il y a presque un an jour pour jour. Et l'équipe de France s'apprête à rejouer dans l'enceinte du Stade de France face à la Suède dans le cadre des qualifications pour la Coupe du monde 2018 le 11 novembre prochain.

"Atroce moment"

L’occasion pour le sélectionneur Didier Deschamps de revenir sur les attentats du 13 novembre 2015 qui avaient provoqué la mort de 130 personnes en frappant Paris mais aussi les abords du Stade de France alors que les Bleus affrontaient l’Allemagne.

"Le temps passe mais on ne peut pas oublier cet atroce moment qu'on a vécu ensemble, a exposé le technicien national. Même si sur le moment on n'était pas au courant de ce qui se passait (autour du Stade de France), l'après-match et les jours suivants, jusqu'au match à Wembley (amical contre l'Angleterre quelques jours plus tard), émotionnellement, c'était quelque chose de très fort".

VIDEO. Fin 2015, Didier Deschamps était déjà revenu sur ces tragiques événements lors de l'émission Stade 2.

Notre dossier Mondial 2018