Société

Attentats du 13 novembre 2015 : pour les étudiants de Caen, le terrorisme fait partie du quotidien

Par Bénédicte Courret, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) dimanche 12 novembre 2017 à 19:39

"On y pense mais on ne peut pas s'empêcher de vivre."
"On y pense mais on ne peut pas s'empêcher de vivre." © Radio France - BC

Deux ans après les attentats du 13 novembre 2015, le terrorisme semble être entré dans notre quotidien. Illustration avec des étudiants de la fac de Caen (Calvados) qui ont accepté de vivre avec le risque terroriste et se plient aux différentes mesures de sécurité.

Nous sommes à la fac de Caen (Calvados), à la cafétéria. C'est l'heure de la pause ce vendredi. La jeunesse était en première ligne lors des attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Deux ans après, les étudiants de la fac de Caen que nous avons rencontrés restent très marqués par ces événements. Le terrorisme fait désormais partie de leur quotidien.

On ne peut pas s'empêcher de vivre"

Héloïse 18 ans, "doc martens" aux pieds et cigarette roulée à la main est presque fataliste quand elle en parle. "On ne peut pas s'empêcher d'aller voir des concerts qu'on aime, c'est horrible mais c'est comme ça". Assis près d'elle : Lucas. Avec lui, on n'est pas dans le cliché de l'étudiant rebelle quand on parle de la police : "Si ça doit arriver ça arrivera mais heureusement, il y des dispositifs de sécurité qui sont mis en place."

La présence policière, les accès à la fac sécurisés, les plots en béton en ville, les affiches de vigipirate dans la fac, pour Steven et ses copains ça fait partie du décor maintenant. "Quand on se retrouve et qu'il y a beaucoup de monde, on regarde autour de nous, on est vigilant et c'est une bonne chose parce que ça peut sauver la vie d'être vigilant." Et dans le cadre de son dispositif vigipirate, la fac de Caen a mis en place un numéro de téléphone d’urgence depuis les attentats. Un PC Sécurité joignable 24h sur 24 (02 31 56 50 00).