Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Au Barcarès, un local pour accueillir et guider les victimes de violences conjugales

-
Par , France Bleu Roussillon

L'association Stop Violences 66 a inauguré ce samedi un local mis à disposition par la mairie du Barcarès (Pyrénées-Orientales). Le but : permettre de soutenir les victimes, pour l'écrasante majorité des femmes, à la fois sur l'aspect psychologique et juridique.

Stop Violences 66 accueille les personnes victimes de violences conjugales.
Stop Violences 66 accueille les personnes victimes de violences conjugales. © Radio France - Xavier Ponroy

Créée il y a un an, Stop Violences 66 a déjà beaucoup de travail. La crise sanitaire, avec leurs confinements, a fait grimper les chiffres. "On a confiné les femmes avec leurs agresseurs, d'où cette augmentation" regrette Laëticia Aguilar, présidente de l'association, par ailleurs avocate et élue à la mairie de Villelongue-de-la-Salanque. Pour exemple : les signalements sur la plateforme dédiée du gouvernement ont augmenté de 60% pendant le deuxième confinement. Plus largement, en 2019, les plaintes pour violences conjugales ont connu une hausse de 16%.

Soutien psychologique et conseils juridiques

Déjà implanté à Perpignan et Elne, Stop Violences 66 propose désormais une permanence au Barcarès. "Nous sommes là pour soutenir ces femmes, et leur parler de leurs droits" résume l'avocate. 

Un soutien psychologique est proposé aux victimes. De plus, un aiguillage juridique les aide aussi à prendre des décisions. "Il y a souvent des questionnements par rapport à la garde des enfants. Cela peut aussi être des aides sociales, car beaucoup de femmes ne sont pas au courant de ce à quoi elles ont droit si elles quittent leur domicile."

L'association le précise : violence ne veut pas simplement dire coup. "Il y a aussi la violence psychologique, verbale, et économique."

"Parfois, on se retrouve face à des femmes qui n'ont pas accès à leur compte bancaire, ou à un mode de paiement. Quitter un domicile sans argent, c'est compliqué..." Laëticia Aguilar, présidente Stop Violences 66

Une sorte de lieu anonyme 

De l'extérieur, rien ne laisse deviner qu'un espace d'aide aux victimes se trouve ici. Les locaux dans lesquels vient de s'installer l'association Stop Violences 66 sont situés dans une résidence flambant neuve d'une cinquantaine de logements sociaux. 

"L'avantage de ce lieu, c'est qu'il n'a pas vraiment pignon sur rue" détaille Martine Gisolo-Angli, élue de la mairie du Barcarès à l'égalité femmes-hommes. De quoi aider les femmes victimes de violences à franchir le pas. "Nous recevons une population qui a besoin de rester anonyme" confie Nathalie Raynal, psychologue clinicienne qui intervient auprès de Stop Violences 66. "Donc le fait d'être dans un immeuble où l'on pourrait venir voir n'importe qui, c'est important."

Les infos utiles

  • Une permanence téléphonique 7/7 24h/24 : 06 43 62 59 78
  • Permanence au Barcarès, 2 avenue des Corbières : sans rendez vous l'après-midi les mercredis et vendredis, sur rdv le lundi avec une psychologue
  • Permanence à Perpignan, à la Tour Barande, esplanade Édouard-Le Roy (à côté de la bibliothèque) : de 14h à 17h les lundi et vendredi, sans rdv
  • Permanence à Elne, à la Maison des association : les mardis et jeudis de 14h à 17h, sur rdv.
  • une adresse mail : contact@stopviolences66.org
Plusieurs numéros existent pour venir en aide aux femmes victimes de violences conjugales.
Plusieurs numéros existent pour venir en aide aux femmes victimes de violences conjugales. © Radio France
Choix de la station

À venir dansDanssecondess