Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Au centre de Cinq-Mars-La-Pile, les militaires inspectent le ciel français

-
Par , France Bleu Touraine

Le Centre de détection et de contrôle, situé à Cinq-Mars-La-Pile près de Tours, est en charge de la surveillance aérienne de la moitié Nord du territoire français. Avions perdus, en difficulté, ou menace potentielle, les contrôleurs aiguillent civils comme militaires pour une bonne circulation.

La salle d'opérations du Centre de détection et de contrôle basé à Cinq-Mars-La-Pile.
La salle d'opérations du Centre de détection et de contrôle basé à Cinq-Mars-La-Pile. - Service Photo BA 705

Aux abords de Tours (Indre-et-Loire) se trouve le Centre de détection et de contrôle de Cinq-Mars-La-Pile (aussi appelé Camp Mailloux), où 40 contrôleurs et 60 mécaniciens se relaient au quotidien pour surveiller l'espace aérien militaire pour le Nord de la France. Ils surveillent les potentielles menaces, aiguillent les avions civils égarés dans des zones interdites, et surtout assistent les avions de chasse dans leurs interventions. Une tâche technique, précise, qui ne laisse pas la place à l'improvisation. Sur leurs moniteurs, les militaires peuvent visualiser des situations précises à plusieurs kilomètres de Tours. Le Lieutenant-Colonel Raphaël constate la position de plusieurs avions sur ses écrans. "Des petits points représentent la position des avions, et par-dessus des symboles qui sont les informations connues sur ces avions. Il y aussi des traits qui représentent des zones, parfois réservées à des activités purement militaires. Par exemple, je peux voir le camp de tir de Haguenau en Alsace, et un peu plus bas, la centrale nucléaire de Fessenheim. Ces zones sont interdites pour des questions de sûreté."

Le Lieutenant-Colonel Coynel et le Lieutenant-Colonel Raphaël devant le radar du site de Cinq-Mars-la-Pile.
Le Lieutenant-Colonel Coynel et le Lieutenant-Colonel Raphaël devant le radar du site de Cinq-Mars-la-Pile. © Radio France - Mathieu MESSAGE

Une haute technologie mise au service de la sécurité aérienne française et entretenue par les officiers mécaniciens, en charge à la fois de l'entretien des antennes et du côté informatique lié au matériel. La surveillance aérienne depuis le Centre de détection et de contrôle de Cinq-Mars-La-Pile s'effectue tous les jours, sans arrêt. Les contrôleurs se relaient au fur et à mesure de la journée, comme un poste de garde. La Sergent-chef Barbara fait partie des jeunes contrôleuses qui guident les avions de chasse, notamment ceux de la Permanence Opérationnelle au départ de la Base Aérienne 705 de Tours . "En cabine de contrôle, je communique avec un aéronef de chasse pour le guider afin d'intercepter un autre appareil. Sur leurs radars, on lui indique des directions, des niveaux, des vitesses, etc. Surtout que nos avions de chasse sont très rapides et qu'ils doivent s'adapter s'ils apportent assistance à un avion civil, généralement plus lent. Le but est de le ramener à bon port et sans encombre !"

La Sergent-chef Barbara guide un avion de chasse depuis le Centre de détection et de contrôle de Cinq-Mars-La-Pile.
La Sergent-chef Barbara guide un avion de chasse depuis le Centre de détection et de contrôle de Cinq-Mars-La-Pile. - Service Photo BA 705

Parmi ces contrôleurs, certains officiers ont une formation d'ingénieurs. Mais ce n'est pas le cas de tout le monde, comme par exemple l'adjudant Faïza qui s'est engagée juste après le baccalauréat. Elle a été formée comme sous-officier par l'armée de l'air et aujourd'hui, la jeune femme fait partie de l'effectif présent sur les postes de contrôle de la base. "Nous sommes passés par Rochefort (Charente-Maritime) pour la formation à l'école militaire, puis l'école des contrôleurs à Mont-de-Marsan (Landes). Ces lieux nous ont apporté l'équipement et la théorie permettant de devenir contrôleurs. Quand nous sommes arrivés au CDC de Cinq-Mars-la-Pile, nous avons aussi suivi une formation supplémentaire. Depuis, nous assurons la sécurité de l'espace aérien français 24h/24."

A l'extérieur du CDC, cinq antennes sont déployées, ainsi qu'un radar, permettant de recevoir des informations précises et une vue globale du trafic aérien français.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess