Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Vendée : au centre de vaccination des Herbiers, "on doit freiner les rendez-vous" par manque de vaccins

-
Par , France Bleu Loire Océan

La maire divers-droite des Herbiers assure que son territoire a tout fait pour ouvrir au plus vite un centre de vaccination pour le Covid-19 et proposer un maximum de rendez-vous au plus de 75 ans dès ce lundi. Mais les doses de vaccin ne suivent pas.

Le standard du centre de vaccination des Herbiers, dans l'Espace Herbauges
Le standard du centre de vaccination des Herbiers, dans l'Espace Herbauges © Radio France - Marc Bertrand

"On vient d'apprendre qu'il fallait mettre le pied sur le frein", s'agace la maire des Herbiers Véronique Besse. C'est peut-être une conséquence des retards annoncés par le conglomérat Pfizer-BioNTech dans la livraison de ses vaccins contre le coronavirus. En tout cas, la préfecture a demandé à la présidente de la communauté de communes du Pays des Herbiers de limiter les rendez-vous dans son centre de vaccination, qui ouvre ce lundi aux plus de 75 ans à l'Espace Herbauges

Seulement 70 vaccins par jour

"On nous a demandé de faire au plus vite, de rendre un centre de vaccination opérationnel en quelques jours, et finalement on nous dit que nous allons manquer de vaccins", explique Véronique Besse. "On a environ 7000 personnes de 75 ans et plus" sur les trois territoires que couvre le centre de vaccination, le Pays des Herbiers, Mortagne-sur-Sèvre et Pouzauges, sans compter les personnes vulnérables qui peuvent également venir se faire vacciner, "et on ne va recevoir que 70 vaccins par jour".

On a énormément d'appels pour prendre rendez-vous, et comme on est au bout de la chaîne, c'est nous qui nous faisons engueuler

70 vaccins par jour, ça veut dire 70 rendez-vous maximum par jour. Or, le centre de vaccination pourrait en accueillir près du double, avec ses six box de vaccination déjà installés. Trois seulement seront utilisés pour la première semaine. "On a énormément d'appels pour prendre rendez-vous, et comme on est au bout de la chaîne, c'est nous qui nous faisons engueuler. Parce que les gens ne comprennent pas qu'on ne puisse pas leur donner un rendez-vous rapidement, et je les comprends", ajoute Véronique Besse.

Pas de rendez-vous par internet pour le moment

La maire des Herbiers est d'autant plus en colère que sa com-com s'est débrouillée avec des bouts de ficelle pour ouvrir son centre de vaccination. Certes, les équipements médicaux sont fournis par le Centre hospitalier départemental de Vendée et l'Agence régionale de santé. Mais pour les prises de rendez-vous, le standard téléphonique installé dans la salle culturelle a été monté de toutes pièces par les équipes de la communauté de communes. 

On a pris les téléphones qui servent d'habitude pour les élections, les ordinateurs on les avait à la cave. Mais il a fallu acheter des imprimantes

"On a pris les téléphones qui servent d'habitude pour les élections, les ordinateurs on les avait à la cave. Mais il a fallu acheter des imprimantes", explique ainsi le directeur informatique. Et pour le répondre au téléphone, ce sont les employés de la mairie qui s'y collent. Le standard a ouvert vendredi matin avec des agents du service culturel, de l'école de musique ou encore des services logistiques. 

Pour l'instant, on ne peut prendre rendez-vous que par téléphone, le centre de vaccination doit encore mettre en place un système sur internet pour la prise de rendez-vous sur Doctolib ou Keldoc. Mais Véronique Besse estime que ses équipes ont tout fait en temps et en heure. Au contraire des autorités dans la fourniture des vaccins : "C'est ce qui s'est déjà passé pour les masques, ensuite pour les tests, et maintenant ça. C'est très décevant". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess