Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Au collège Beaulieu de Châteauroux, on combat l'homophobie par la discussion

mardi 12 juin 2018 à 17:19 Par Sarah Tuchscherer, France Bleu Berry

Le collège Beaulieu de Châteauroux a demandé à l'association SOS Homophobie de venir animer des ateliers pour déconstruire les préjugés.

Pendant l'atelier, les élèves ont commenté des images illustrant ce thème
Pendant l'atelier, les élèves ont commenté des images illustrant ce thème © Radio France - Sarah Tuchscherer

Châteauroux, France

Des ateliers pour déconstruire les préjugés et apprendre le respect. En cette fin d'année scolaire, au collège Beaulieu de Châteauroux, l'association SOS Homophobie intervient auprès des élèves de 4e. Ce matin-là, un petit groupe est réuni autour de Michel Navion qui explique : « comme SOS Racisme le fait pour le racisme, nous sommes là pour lutter contre les phénomènes d’homophobie ». Pour lancer la séance, il montre une image : on y voit deux garçons se tenant la main dans la cour de récré qui se font traiter de pédés. Puis c'est un film, La colo, réalisé par le ministère de la Santé. Le moniteur qui fait craquer toutes les filles y fait son coming-out, à la surprise générale. Michel Navion commente : « les autres sont gênés parce qu’ils s’imaginent, comme pas mal de gens, que tous les homosexuels sont des garçons efféminés et que les lesbiennes sont des catcheuses ». 

Un discours de tolérance

C'est ainsi que pendant deux heures, le représentant de SOS Homophobie joue avec les préjugés pour mieux les démonter. Dans la salle, son discours de tolérance est plutôt bien accueilli. Dorian explique qu'il a déjà évoqué ce thème en famille : « mes parents et mes grands-parents sont des gens ouverts, ils ont voulu nous mettre en confiance par rapport à ces questions ».  Pour autant, tout n'est pas toujours apaisé à Beaulieu. David Navarro, professeur d'histoire-géo et d'enseignement moral et civique, en témoigne : « _on s’est rendu compte que les préjugés homophobes étaient très présents dans l’esprit des jeunes_. Ça se traduit par l’utilisation à tort et à travers d’insultes homophobes, ça peut être jugé comme une maladie, on entend que c’est contre-nature ». C'est justement contre ça que le principal Sébastien Gonçalves, a mis en place ces ateliers. Par cette initiative il entend, dit-il, « préparer ces jeunes à vivre en société et à accepter les différences ».