Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Au collège des Provinces, une centaine de personnes mobilisées contre l'expulsion d'une famille albanaise

-
Par , France Bleu Cotentin

Un collectif, constitué notamment de professeurs et personnels du collège des Provinces, s'est regroupé ce lundi 27 mai devant l'établissement. Ils demandent à réexaminer le dossier d'une famille albanaise du quartier, menacée d'expulsion.

Professeurs, associations, parents d'élèves, élus locaux ... Tous et toutes ont confirmé l'intégration de la famille.
Professeurs, associations, parents d'élèves, élus locaux ... Tous et toutes ont confirmé l'intégration de la famille. © Radio France - Simon de Faucompret

Cherbourg, France

Une centaine de personnes se sont mobilisées ce lundi 27 mai, vers 18h devant le collège des Provinces de Cherbourg (Manche).  Professeurs, personnel du collège, parents d'élèves, élus locaux ...  Tout un collectif pour soutenir une famille du quartier, originaire d'Albanie, menacée d'expulsion. 

Arrivée en France en 2015, puis à Cherbourg l'année suivante, la famille habite dans le quartier des Provinces. Elle est aujourd'hui menacée d'une obligation de quitter le territoire français (OQTF), édictée par la préfecture de la Manche. Une première visite, difficile à vivre pour la jeune fille de la famille, a déjà été effectuée le 6 mai dernier par les forces de l'ordre : "Les policiers sont venus chez nous, ils ont demandé à sortir les passeports et nous ont dit de faire notre valise", annonce-t-elle devant son collège, dans lequel elle doit passer le brevet dans à peine quelques semaines.

Mobilisation dans le quartier

C'est d'ailleurs le collectif qui est intervenu le 6 mai, alors que la famille était déjà dans les véhicules des forces de l'ordre. Pour la centaine de personnes présentes ici, pour beaucoup des professeurs et personnels du collège des Provinces, il faut commencer par laisser la jeune fille passer son brevet. "Il faut qu'elle passe ses examens avec un peu de sérénité, qu'elle ait ses résultats", plaide son professeur principal d'histoire-géographie, François Hubert. "On n'a pas besoin d'une nouvelle scène d'expulsion." Le collectif souhaite également réexaminer la situation de la famille, qui est "au bout du droit d'asile" et qui n'a plus aucun recours. 

Débats sur l'intégration

Comment justifier ce réexamen, malgré l'OQTF ? D'après le collectif, la famille est parfaitement intégrée. Elle participe notamment à la vie religieuse du quartier, puisqu'elle se rend tous les dimanches à la messe dans la paroisse d'Octeville. "C’est une famille très présente, intégrée à la communauté paroissiale. On les invite régulièrement pour déjeuner à la paroisse", révèle le père Olivier Lepage, prêtre dans l'édifice. "Ça paraît un peu léger de prétendre qu’ils ne sont pas intégrés ici", glisse-t-il au passage.

De même, le collectif veut qu'on prenne en compte les soucis de santé du père de famille, particulièrement touché par les événements qui ont conduit, il y a 5 ans, à la fuite d'Albanie : il s'agirait de vendettas privées qui auraient gravement menacé la sécurité de leur logis.

Tout ça en urgence : ils ont épuisé tous leurs recours, et se sont retrouvés en situation irrégulière notamment pour le logement. Si la préfecture refuse de bouger, le collectif de soutien l'affirme : il envisage un recours auprès de la Cour européenne des droits de l'Homme.

Choix de la station

France Bleu