Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Mouvement des "gilets jaunes"

Au Havre, les gilets jaunes délogés du rond-point de l'aéroport

Le Havre, France

Au lendemain de l'allocution présidentielle, la cinquantaine de manifestants qui occupaient pacifiquement le rond-point d'Octeville-sur-mer ont été délogés par la police. Déçus, ils sont divisés sur les suites du mouvement. Certains voudraient durcir le ton.

Une cinquantaine de manifestants se relayaient pour occuper le rond-point depuis le 17 novembre.
Une cinquantaine de manifestants se relayaient pour occuper le rond-point depuis le 17 novembre. © Radio France - Marie-Jeanne Delepaul

Cela faisait un mois qu'une cinquantaine de gilets jaunes manifestaient pacifiquement sur le rond-point de l'aéroport d'Octeville-sur-mer près du Havre (Seine-maritime), sans bloquer la circulation. Pour la première fois, ils ont été délogés ce mardi après-midi par les policiers, sur ordre de la préfecture, au motif qu'il s'agit d'une manifestation illégale, puisque non déclarée en préfecture.

Mardi 11 décembre, vers 16 h, il ne restait plus grand chose du campement des gilets jaunes sur le rond-point de l'aéroport du Havre.
Mardi 11 décembre, vers 16 h, il ne restait plus grand chose du campement des gilets jaunes sur le rond-point de l'aéroport du Havre. © Radio France - Marie-Jeanne Delepaul

L'opération s'est déroulée dans le calme, les policiers les ont laissé ranger leurs affaires et démonter leur campement. Les gilets jaunes, comme Guy, l'un des porte-parole, sont très déçus, et en colère. Pour eux, c'est le coup de massue : "Ici on était docile, tout se passait bien jusqu'à présent, mais apparemment ça ne plait pas parce qu'on nous vire ! On peut quand même revenir ; si on se fait virer, on repartira, ce n'est pas la peine d'aller à l'affront contre [les policiers] sinon on va perdre."

Guy, l'un des porte-parole du mouvement au Havre, déçu d'avoir été délogé

Se pose maintenant la question de la suite du mouvement. Tous veulent continuer à manifester. Mais ils ne sont pas tous d'accord sur les suites à donner au mouvement. Ils craignent cependant, en se divisant, de faire le jeu du gouvernement : "On va sûrement déposer un préavis de manifestation pour être dans les règles, ici c'est un mouvement pacifique et citoyen. Le premier dimanche, on a empêché un jeune de brûler des pneus" explique un chef d'entreprise. Certains pensent à durcir le mouvement, comme ce quinquagénaire : "je suis plutôt actif que passif, des blocages d'autoroutes, j'en ai fait, pour moi c'est l'une des façons d'obtenir quelque chose de positif."

Les manifestants divisés sur les suites du mouvement : le reportage France Bleu

Depuis le 17 novembre, ils sont en moyenne une cinquantaine à se relayer tous les jours sur le rond-point de l'aéroport d'Octeville.
Depuis le 17 novembre, ils sont en moyenne une cinquantaine à se relayer tous les jours sur le rond-point de l'aéroport d'Octeville. © Radio France - Marie-Jeanne Delepaul

Un blocage de camions dans la matinée

Plus tôt dans la journée, avant qu'ils se fassent déloger, un petit groupe de gilets jaunes, déçu par l'allocution du président de la République, avait décidé de durcir le mouvement. Vers 8 h, ils ont pris la direction d'un autre rond-point, entre la D147 et la D6382, pour bloquer la circulation des poids-lourds qui transportent des marchandises.

Plusieurs camions ont été bloqués entre 15 minutes et une heure par les gilets jaunes le 11 décembre au Havre.
Plusieurs camions ont été bloqués entre 15 minutes et une heure par les gilets jaunes le 11 décembre au Havre. © Radio France - Marie-Jeanne Delepaul

Finalement, le petit groupe a quitté les lieux de lui-même, vers midi, après que la police a plusieurs fois prévenu qu'ils risquaient de se faire déloger s'ils continuaient à bloquer les camions. Certains routiers les ont soutenu, d'autres, mécontents, ont forcé le barrage pour passer. Les automobilistes havrais, qui pouvaient passer, étaient eux aussi partagés.

Des camions bloqués mardi matin : le reportage France Bleu

Les automobilistes havrais divisés sur le blocage des camions mardi matin : le reportage France Bleu

Tous sont déçus des annonces

Les mesures annoncées par le président lundi soir ne satisfont pas les gilets jaunes du Havre (Seine maritime), que nous avons interrogés mardi au lever du jour : "100 euros pour le SMIC ce n'est rien, avec ça les gens seront toujours dans la merde", regrette l'un d'eux. "Ce n'est pas assez, il faut revaloriser les retraites !" soupire Pierre, 63 ans. "Au-delà de 2000 euros par mois, il n'y aura pas de geste pour les retraités, mais avec 2000 déjà on ne finit pas le mois !" lance une quinquagénaire sans emploi, dont le mari est en pré-retraite. Tristan, 28 ans, se dit "écœuré" : "pour moi il n'a pas compris du tout". Pour Dylan, la vingtaine, sans emploi malgré deux bac pro en poche, "il faut qu'(Emmanuel Macron] parte et revoter".

Au lendemain des annonces présidentielles, les gilets jaunes havrais déçus

Patricia, elle, déplore "des poignées de cacahuète" :  "il pensait épuiser le mouvement, mais au contraire il a renforcé la colère des gens. C'est vrai que [cette colère] est due à plusieurs gouvernements successifs, mais ce "toujours plus toujours plus",  il faut que ça cesse. S'il reste toujours sourd, il faudra réfléchir à des actions plus percutantes : bloquer les frontières ou le port par exemple."

Patricia se demande s'il ne faut pas des actions "plus percutantes".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu