Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Au Havre, pro et anti PMA se font face dans la rue

-
Par , France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Au Havre, une centaine de personnes participaient ce samedi à un rassemblement contre le projet de loi bioéthique, qui autorise notamment l'accès à la PMA à toutes les femmes. Environ 200 militants de gauche ont organisé une contre-manifestation.

Manifestants anti-PMA pour toutes et militants de gauche se sont fait face place de l'Hôtel de ville au Havre ce samedi.
Manifestants anti-PMA pour toutes et militants de gauche se sont fait face place de l'Hôtel de ville au Havre ce samedi. © Radio France - Kevin Dufrêche

Le collectif "Marchons enfants !", qui réunit des associations dont la Manif pour tous, appelait à manifester de nouveau ce samedi contre le projet de loi bioéthique, et sa mesure phare, l'ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) à toutes les femmes. Objectif, mettre la pression avant le retour du texte devant le Sénat en début d'année prochaine. Le projet de loi bioéthique a déjà été validé deux fois à l'Assemblée nationale. 

Un appel suivi au Havre, où une centaine d'opposants au projet de loi bioéthique se sont rassemblés place de l'Hôtel de ville en début d'après-midi. "PMA, GPA, on n'en veut pas", ont-ils scandé. Ceux qui avaient répondu à l'appel du collectif "Marchons enfants !" refusent l'idée d'une "PMA sans père", pour les couples de lesbiennes ou les femmes seules, car ce serait "contre l'intérêt de l'enfant". Ils disent aussi redouter que ce projet de loi bioéthique soit un pas de plus vers la GPA, la gestation pour autrui, qui n'est pourtant pas du tout à l'ordre du jour. 

Face à eux, environ 200 manifestants (400 selon les organisateurs) réunis à l'appel de plusieurs mouvements politiques de jeunesse de gauche et d'associations féministes et de défense des droits des personnes LGBTQ+, qui défendent eux le droit pour les lesbiennes et les femmes seules de recourir à la PMA. "Mon corps, mon choix", pouvait-on entendre dans le rassemblement.

Des échanges tendus, mais pas d'incidents

D'abord à l'autre bout de la place de l'Hôtel de ville, le cortège pro-PMA s'est approché au plus près du rassemblement de "Marchons enfants !", huant copieusement les autres manifestants, lançant des slogans à leur destination comme "homophobes", ou "c'est chaud pour les fachos". Pourquoi utiliser de tels slogans ? "Ces gens refusent les mêmes droits que les personnes hétérosexuelles aux personnes homosexuelles", estime Lola, drapeau des Jeunes Communistes à la main. "C'est une discrimination, et donc de l'homophobie.

"Fachos", "homophobes", des termes évidemment très mal pris dans le cortège des anti-PMA pour toutes : "quand on les voit, la haine n'est pas de notre côté", s'agace Germain, estimant avoir été "insulté de tous les noms". "On n'a rien contre les couples de femmes ou les couples d'hommes, l'idée c'est de défendre l'enfant, et la place du père dans la famille qui pour nous est importante", explique Gaëtant, un autre manifestant anti-PMA pour toutes.

Si quelques échanges tendus ont eu lieu, aucun incident ni aucune violence ne sont à signaler. Après s'être suivis en marchant le long de l'avenue Foch, les deux cortèges se sont dispersés dans le calme devant le front de mer. Au bon moment, juste avant l'apparition de la pluie.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess