Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Dans ce bar de Rennes, on sert un cocktail pour lutter contre le harcèlement

Dans le bar rennais le Meltdown, cette boisson fictive, nommée “l’Oeil d’Horus”, peut être commandée pour signaler, discrètement, au barman, une situation de harcèlement.

Au Meltdown, dans le centre de Rennes, Franck, Malo et Etienne (au centre, de gauche à droite) veulent lutter contre le harcèlement.
Au Meltdown, dans le centre de Rennes, Franck, Malo et Etienne (au centre, de gauche à droite) veulent lutter contre le harcèlement. © Radio France - Léo Corcos

Rennes, France

L’idée vient des pays anglo-saxons, notamment des Etats-Unis, où la pratique est courante. “On a décidé de mettre en place ce système dans le bar quand on a appris que certaines de nos clientes avaient été harcelées”, raconte Malo Dupont, membre de l’équipe du Meltdown bar. Les barmen lancent leur  cocktail “l'Oeil d’Horus”. “Je cherchais quelque chose en rapport avec la protection. Et j’ai vu qu’en Egypte antique, l'Oeil d'Horus était un symbole de protection, qu’on offrait aux pharaons. Il était censé les protéger dans la vie comme dans l’au-delà”, décrit Franck Hillion, qui travaille aussi dans ce bar rennais.

Une manière pour les clients de se sentir en sécurité 

Une manière pour le bar de rassurer ses clients. “En tant qu’homme, il est possible qu’on ait moins de visibilité sur ce phénomène. Sur notre page Facebook, beaucoup de clientes se sont dites très contentes que le système existe, car elles avaient tendance, très souvent, à ne pas se sentir en sécurité”, explique Malo Dupont. Le cocktail ne s’adresse d’ailleurs pas qu’aux femmes. 

“Même si ces événements n’avaient pas lieu, le cocktail crée un sentiment de sécurité pour les clientes et clients - car les LGBT (lesbiennes, gays, bi et transexuels) sont aussi cibles de harcèlement" , continue-t-il.

Si ça peut permettre de se détendre et de ne pas stresser, on a déjà gagné."

Plusieurs "Oeil d'Horus" déjà commandés

Concrètement, si vous vous sentez harcelé par qui que ce soit, vous pouvez aller au comptoir, commander un “Oeil d’Horus”. Le barman comprend alors la situation, et tente, dans un premier temps, de discuter avec la personne trop insistante. Soit cette personne se rend compte de ses agissements, y met fin et tout peut revenir dans l’ordre. Soit elle persiste, et peut être expulsée du bar, avec impossibilité d’y revenir. 

Quant à la victime, elle peut, si elle le souhaite, être raccompagnée jusque chez elle, par un membre de l’équipe. “On a même un client qui fait taxi, et qui peut ramener la personne victime”, ajoute Franck Hillion. Plusieurs “Oeil d’Horus” ont déjà été commandés. “On a même eu un cas extrême d’une personne qui a suivi une femme jusque chez elle, avant d’essayer de forcer la porte de son appartement”, raconte Malo Dupont. La victime, revenue au bar par la suite, a fait le signalement aux barmen. Le harceleur est désormais interdit d’entrer au Meltdown. 

Encourager les initiatives contre le harcèlement

L’idée a fait l’objet d’une annonce sur la page Facebook du Meltdown. Et tant pis si les potentiels coupables sont prévenus. "D’un côté, les personnes pouvant être harcelées seront en confort car elles sauront que ça existe. Et d’un autre côté, les personnes qui cherchent à agir comme cela sauront qu’ici, ce sera plus compliqué, et dans un sens, elles le feront moins. Il y a des chances en tout cas”, complète Malo Dupont. Les deux hommes espèrent aussi que leur démarche donnera des idées. “Nous, on est très contents que ça soit connu. Mais on n’a rien inventé. Si d’autres personnes veulent faire pareil, qu’elles le fassent !”, encourage Malo Dupont.

Au comptoir, Nina, une habituée, est, elle, très heureuse que le Meltdown ait pris cette mesure. _“_Je pense que tous les bars devraient faire ça. Dans beaucoup de bars, il y a du harcèlement, à cause notamment de l’alcool. Je trouve qu’ils ont bien fait. Je pense que ça peut très bien marcher. J’ai des amies qui n'étaient jamais venues ici, je les ai amenées il y a peu, et elles se sont senties plus rassurées, ça sécurise énormément.”

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu